Véronique Le Clézio poursuit son exploration picturale de la nature mais en passant cette fois-ci aux matières immuables, du moins à l’échelle d’une vie humaine avec ce thème des minéraux dont les couleurs la fascinent. Le rendez-vous est donné à la galerie du Moulin Cassé, à Grand-Baie, les 2 et 3 octobre de 10 h à 18 h. L’artiste bien connue pour ses activités sociales dans la lutte antitabac est revenue à la peinture l’an dernier, après cinq ans d’absence, avec Natures, exposition dans laquelle elle se concentre sur des paysages et natures mortes.
À la vue de ces images très colorées où la pierre délivre ses couleurs avec une netteté impressionnante, l’exposition Milefiori que l’artiste avait présentée en 2008, revient en tête pour la densité chromatique et l’éclat des couleurs qu’elle avait alors posées sur la toile en s’inspirant des paysages du Namaqualand sud-africain, ces déserts qui se tapissent de fleurs multicolores quand par bonheur les pluies viennent les arroser.
Au nombre de 60, ces tableaux qu’elle a réalisés cette fois-ci sur des formats petits, moyens et grands, sont parfois concrètement incrustés de minéraux (sable, nacre, etc.) soulignant l’effet de matière. « Je me rends compte qu’on est toujours intéressé par les mêmes choses. Une amie m’a rappelé que j’avais déjà fait il y a une vingtaine d’années quelques tableaux inspirés de l’univers minéral », nous confie-t-elle. « Et c’est vrai que la première fois que j’ai vu un boulier malgache, j’ai été fasciné par les mystères de toutes ces pierres ».