Si l’on en croit les responsables des galeries d’art que nous avons rencontrés, elles se portent bien. Les galeristes disent vouloir mettre en avant les artistes locaux et, dans certains cas, étrangers. Même si le marché est petit, il semble qu’il y ait public pour ce secteur d’activité économique. Certains parlent d’une clientèle avisée, qui n’est pas prête à acheter n’importe quoi.
Scope a voulu brosser un état des lieux des galeries d’art à Maurice.
Les galeries d’art poussent un peu partout à travers l’île. Elles n’ont certes pas toutes le même rayonnement, même si leurs objectifs avoués semblent sensiblement les mêmes : valoriser le travail des artistes en leur permettant d’avoir un lieu pour exposer et vendre des oeuvres (même si ce dernier dessein n’est pas toujours énoncé de vive voix).
Si des galeries d’art ont pris de l’essor, c’est avant tout parce que c’est un commerce qui marche. Plusieurs facteurs entrent en jeu : la bonne qualité des travaux des artistes, un plus grand intérêt du public pour l’art, et la recherche d’une certaine authenticité pour décorer son intérieur… L’art semble donc bien se porter grâce aux artistes qui, en dépit des difficultés qu’ils rencontrent, ne cessent de créer.