Les actifs du National Pension Fund (NPF) et du National Savings Fund (NSF) ont progressé de Rs 4,1 milliards et de Rs 0,6 milliard en 2011 pour atteindre Rs 74,6 milliards et Rs 14,3 milliards respectivement. C’est ce qu’a annoncé hier lors d’un point de presse le comité d’investissement de ces deux fonds présidé par le secrétaire financier Ali Mansoor. Malgré le fait que les taux de rendement annuel pour ces fonds ont été inférieurs aux objectifs initiaux, le comité a indiqué que la diversification des portefeuilles et une politique d’investissement prudente seront de mise.
Le NPF a enregistré un taux de rendement de 5,5 % en 2011 contre un taux d’inflation en progression annuelle de 5,9 %. Or, le benchmark target pour le NPF est un taux de rendement représentant le taux d’inflation + 4 %. Pour le NSF, l’objectif à atteindre est un taux d’inflation + 3 %. Le processus pour une nouvelle étude actuarielle des deux fonds a été lancé et les objectifs en matière de taux de rendement pourraient être revus à la lumière des observations faites dans l’étude actuarielle. Selon le rapport du comité d’investissement, dont lecture a été donnée par le conseiller à l’investissement Imrith Ramtohul, plusieurs facteurs sont à la base des performances en dessous des objectifs initiaux des deux fonds en question.
Il y a en premier lieu la hausse du taux d’inflation locale qui a affecté le NPF et le NSF, où on note une prédominance des instruments à taux de rendement fixes. Il y a ensuite l’appréciation de la roupie mauricienne vis-à-vis des principales devises et le repli de plusieurs valeurs boursières et autres produits d’investissement locaux. Cependant, a fait ressortir Imrith Ramtohul, les taux de rendement du NPF et du NSF sur les trois dernières années sont au-dessus des benchmarks même si dans le cas du NPF le taux de rendement sur cinq ans est inférieur à l’objectif. « It should be highlighted that the past 5 years have witnessed significant volatility in the financial markets due to events such as the subprime crisis, credit, crunch, euro debt crisis, slowdonwn in the US and political instability in the Middle East and North Africa », a-t-il fait remarquer.
Que ce soit pour les court, moyen et long termes, le NPF et le NSF ont enregistré des taux de rendement supérieurs à d’autres fonds d’investissement locaux. Le comité d’investissement, a annoncé Imrith Ramtohul, continuera à faire des investissements équilibrés en vue non seulement de maximiser les retours mais aussi de sécuriser les placements et de réaliser des objectifs répondant aux besoins du développement national. Environ 19 % du portefeuille du NPF sont constitués de placements dans des devises étrangères et un taux semblable dans des actions et l’or. Le gros des investissements (63,2 %) du NPF concerne les bons du Trésor et autres obligations d’État. Pour le NSF, les investissements dans ce type d’instruments représentent 80,7 % du portefeuille.
Le comité d’investissement, a poursuivi Imrith Ramtohul, fera preuve de prudence dans sa politique d’investissement en raison de l’incertitude entourant les marchés de la zone euro. « The NPF/NSF Investment Committee will seek to ensure that the Funds generate reasonable risk-ajusted returns under both positive and negative future conditions in the long run », précise le rapport annuel du comité.