L’espérance de vie à Maurice comme dans bien d’autres pays est en progression. Il est primordial que les Mauriciens planifient et épargnent pour s’assurer d’une bonne retraite. C’est en substance le message transmis, ce matin, par le Chief Executive du groupe Swan, Louis Rivalland, lors d’un atelier organisé par sa filiale, l’Anglo-Mauritius Assurance Society Ltd, et Pension Consultants & Administrators, au centre de conférence Swami Vivekananda au Domaine Les Pailles.
Clairette Ah-Hen, Chief Executive de la Financial Services Commission (FSC), a soutenu, lors de son intervention, que le régulateur du secteur des services financiers non-bancaires agira comme facilitateur du développement des plans de pension privés après la proclamation, attendue pour début novembre prochain, de la Private Pension Schemes Act mais a fait ressortir que toute infraction à cette loi sera punie.
Louis Rivalland a observé qu’il y a un manque d’intérêt de la part des Mauriciens, surtout des jeunes, à planifier très tôt pour leur retraite en investissant dans des plans de pension privés. Le Chief Executive du groupe Swan dit avoir remarqué qu’une culture de dépenses irréfléchies est en train de se développer et que les gens ont tendance à ne pas prendre cas de leur retraite. « Beaucoup de salariés pensent que leurs employeurs se chargeront des plans de pension. D’autres ne sont tout simplement pas intéressés à économiser pour leur retraite alors que certaines personnes ont une mauvaise perception de la question de pension, considérant qu’elle est compliquée », affirme Louis Rivalland. Or, avec l’augmentation de l’espérance de vie, il ne faut pas écarter la possibilité d’une hausse du coût des pensions. Graphiques à l’appui, le Chief Executive du Groupe Swan a fait ressortir que dans nombre de pays développés et émergents – il a produit des données concernant l’Inde, la Chine, les États-Unis, le Royaume-Uni et le Japon – l’espérance de vie est en train de s’améliorer.
« Maurice n’est pas loin du niveau des États-Unis », a-t-il indiqué, annonçant le chiffre légèrement supérieur à 70 ans chez les Américains. À Maurice, l’espérance de vie chez les hommes est passée de 69,1 ans en 2006 à 69,7 ans en 2011 alors que chez les femmes, le niveau est passé de 75,9 ans à 76,9 ans. Louis Rivalland a insisté sur l’épargne pour la retraite, faisant remarquer que les recherches ont démontré que les personnes âgées ont des dépenses médicales beaucoup plus élevées pendant les deux dernières années de leur existence que pendant toutes les années qui précèdent. Le CEO du Groupe Swan a également fait ressortir que le vieillissement de la population est un phénomène visible partout dans le monde. La population de gens âgés de plus de 64 ans par rapport à celle en âge de travailler (14-64 ans) ne cesse de grossir. Louis Rivalland a aussi fait référence au système de retraite à Maurice et aux différents piliers en termes de plans de pension.
Cadre régulatoire simple
La Chief Executive de la FSC a axé son intervention sur la consolidation du cadre légal régissant les plans de pension à Maurice avec l’adoption le mois dernier par le Parlement de la Private Pension Schemes Act. Ce texte de loi, a-t-elle souligné, vise à créer une industrie de pensions privées sécurisante, stable et efficace, à promouvoir la confiance dans le secteur en question, à assurer un traitement juste des bénéficiaires des plans de pension privés, à veiller à ce que les activités entourant le développement des plans de pension privés ne servent pas à l’expansion des crimes financiers, à maintenir la bonne réputation de Maurice en tant que centre financier international.
Le nouveau cadre légal met l’accent sur la bonne gouvernance, la transparence, la redevabilité, la gestion des risques et la dénonciation des mauvaises pratiques et la résolution des problèmes par des interventions promptes de la part des autorités compétentes. « Once implemented, we can expect that in the long run the new private pension regime will boost the already existing confidence and stability of this financial sector, thus encouraging more individuals, employers and employees to further invest in the private pension sector which, as you know, is of a voluntary nature », a déclaré Clairette Ah-Hen.
La Chief Executive de la FSC a soutenu que tout sera fait pour la mise en place d’un cadre régulatoire simple qui donnera un coup de pouce au secteur des plans de pension privés. Cependant, le régulateur ne tolérera pas des activités qui « mislead any member of the public ». Des inspections fréquentes seront effectuées par la FSC et toute infraction sera sujette à des « enforcement actions », a indiqué Clairette Ah-Hen.
L’atelier était animé par deux cadres d’Anglo-Mauritius, Alan Goder, Senior Manager Pensions, et Sattar Jackaria, Senior Manager Actuarial.