Le nombre de bénéficiaires de la pension de vieillesse (personnes de 60 ans ou plus) a augmenté de 3,8% en 2014, passant de 177 721 à 184 487. Le montant décaissé par le gouvernement s’est élevé à près de Rs 10 milliards (Rs 9, 96 milliards plus exactement), soit une hausse de 14% par rapport à 2013.
Selon Statistics Mauritius, qui a rendu public ce matin un relevé des différentes prestations sociales offertes par le gouvernement en 2014, il y a eu, depuis 2010, une progression moyenne annuelle de 7 700 bénéficiaires de la pension de vieillesse alors que le montant versé, qui tournait autour de Rs 6,5 milliards en 2010, n’a cessé de croître pour atteindre près de Rs 10 milliards l’année dernière. Avec la décision du gouvernement de relever fin 2014 le montant de la pension de vieillesse, on doit s’attendre à ce que le budget pour 2015 fasse un bond plus important.
Selon les projections faites pour les prochaines 40 années par Statistics Mauritius, le nombre de pensionnés pourrait s’élever à environ 342 700 en 2054 en raison du vieillissement de la population alors que le montant à être budgété se situerait à Rs 18,5 milliards. Le nombre de bénéficiaires et les coûts de la pension de vieillesse évolueraient comme suit : en 2024, 261 500 bénéficiaires (Rs 13,4 milliards); en 2034, 310 900 (Rs 16,1 milliards); et en 2044, 341 600 (Rs 18,1 milliards).
L’État accorde également d’autres types de pension, dont celle des veuves payables aux personnes âgées de 15 à 59 ans mariées civilement ou religieusement. Malgré le fait que le nombre de bénéficiaires de cette pension a diminué de 1% (de 20 511 en décembre 2013 à Rs 20 302 en décembre 2014), les dépenses sous cet item ont augmenté de 9,1%, passant de Rs 952,6 millions à Rs 1,04 milliard. Statistics Mauritius rapporte également que le nombre de personnes recevant la pension d’invalidité a également baissé (de 30 930 à 30 715), mais que le montant versé à ces personnes s’est accru de 10,6% pour passer à Rs 1,7 milliard.
Quant aux bénéficiaires de la « social aid », elles étaient 21 246 à toucher une allocation en décembre 2014, contre 20 570 en décembre 2013. Le montant décaissé s’est élevé à Rs 764,2 millions l’année dernière. Notons que cette aide est accordée à des chefs de famille n’ayant pas les moyens de subvenir à ses propres besoins ainsi qu’à ceux des membres de sa famille. Pour ce qui est des autres prestations, on relève qu’une pension est offerte à des orphelins, aux enfants des personnes bénéficiaires de la pension de veillesse ou de la pension des veuves/invalides ainsi qu’aux maisons de repos et autres institutions subventionnées par le gouvernement sous forme de « inmate’s allowance ».
Pour ce qui est du Fonds National de Pension auquel contribuent les employeurs et les salariés, le relevé entrepris par Statistics Mauritius indique qu’en 2014, environ 328 600 employés ont contribué à ce fonds. Le montant global reçu des employeurs et des salariés s’est élevé à environ Rs 3 milliards. La valeur du fonds se chiffrait à Rs 92 milliards au 31 décembre 2014, contre Rs 69 milliards à la même date en 2010.
Quant au National Savings Fund (NSF), institué en 1995 en vue de remplacer l’Employees Welfare Fund, le nombre d’employés couverts a augmenté de 6,2% l’année dernière pour atteindre 402 200. Les contributions totales au NSF, elles, se sont accrues de 13% pour passer à près de Rs 1,5 milliard. Le NSF fait provision pour le paiement d’une “lump sum” à tout employé atteignant l’âge de la retraite (60 ans ou avant) ou à un bénéficiaire après son décès. Le Fonds est habilité à opérer des plans d’aide, dont des prêts, pour le compte des salariés membres.