Après la publication de sa lettre pastorale 2015, axée sur les familles, l’évêque de Port Louis lance cette fois une très large invitation aux familles mauriciennes pour participer à la messe prévue le 24 mai, jour de la Fête de la Pentecôte, au monument Marie Reine de la Paix. Ce sont les familles qui seront au coeur de cette célébration, qui aura pour thème “Familles, Dieu vous aime”. Le diocèse de Port-Louis célébrera aussi ce jour-là le 75e anniversaire de ce monument.
L’Église à Maurice est profondément préoccupée par la situation des familles confrontées à divers problèmes, mais elle veut aussi mettre en lumière les valeurs et tout le potentiel qu’ont des familles pour relever les défis d’aujourd’hui, et qui leur permettent d’avancer et de travailler à leur propre développement. « Elles ont des ressources phénoménales pour travailler à leur propre développement et certaines aident aussi leurs voisins à se relever. Les familles doivent évoluer dans les conditions qui leur permettent de se développer. C’est pourquoi je dis qu’il nous faut soigner les familles. Il y a fait soigner les familles avant de regarder la croissance économique. L’Église est au service de la famille et non l’inverse. De la même manière, l’État doit être au service de la famille », a dit Mgr Maurice Piat lors d’une conférence de presse tenue durant la semaine écoulée concernant le rassemblement du 24 mai. « Nous allons célébrer ensemble la famille qui, malgré sa fragilité, a un grand potentiel et peut porter des fruits. J’invite toutes les familles mauriciennes à cette messe de la Pentecôte. Venez tous ensemble vivre un moment de joie et de fête », lance le chef de l’Église catholique aux Mauriciens.
Depuis trois mois, le comité organisateur de cet événement, placé sous la responsabilité des pères Gérard Mongelard et Hervé de St-Pern, a commencé les préparatifs. La carte d’invitation de Mgr Piat a été distribuée dans toutes les paroisses du pays. Mais l’évêque demande aux fidèles catholiques qui ont reçu cette invitation de la transmettre à leur tour à une autre famille de leur entourage, qu’elle soit de foi catholique ou d’une autre confession religieuse. En outre, le comité organisateur mène une grande campagne de sensibilisation auprès des mouvements diocésains et des écoles, mais également sur les réseaux sociaux, sur ce rassemblement afin de toucher le plus grand nombre de Mauriciens. « Dans notre apostolat, nous sommes témoins de toutes les souffrances que rencontrent les familles. Il est important que les familles mauriciennes se retrouvent pour se soutenir mutuellement et pour prier les uns les autres. Quand on est ensemble, on se sent plus fort », dit le père Mongelard au sujet de l’importance que revêt ce rendez-vous du 24 mai.
Par ailleurs, le sanctuaire marial Monument Marie Reine de la Paix, inauguré le 15 août 1940, a 75 ans cette année et sera davantage mise en valeur ce jour-là. Pour la petite note historique, selon l’ouvrage de Monique Dinan, ce sanctuaire avait été construit au début de la Seconde Guerre mondiale dans un double but : d’une part demander à la Vierge Marie de protéger l »Ile Maurice des affres de la guerre et, de l’autre, en réparation pour l’outrage subi par le plus important sanctuaire marial de la Vierge en Pologne. Lorsque Mgr Leen (évêque de Port-Louis de 1925-1949) apprend que la célèbre basilique de la Mère de Dieu à Czetochowa (Pologne), un des lieux de pèlerinage le plus fréquenté en Europe, est dévastée, il décide de faire activer les travaux de construction. Il propose alors le vocable « Notre Dame de la Paix » comme une sorte de réparation pour l’outrage subi par la Vierge en Pologne. Durant ces 70 dernières années, bien d’événements ont marqué l’histoire de l’Église à Maurice et plusieurs d’entre eux se sont déroulés à cet endroit. Relevons, entre autres : la première messe de la Fête du Travail, la cérémonie de la béatification du Père Laval en 1979, la messe pontificale de Jean-Paul II lors de sa visite en 1989, l’ordination épiscopale de Mgr Margéot en 1969 (le premier mauricien évêque), la messe d’accueil de Jean Margéot en juillet 1988 en tant que cardinal, l’ordination épiscopale de Mgr Maurice Piat en 1991, les funérailles du cardinal Margéot en juillet 2009…  Il y a eu aussi de  nombreuses cérémonies d’ordination, dont celles de cinq prêtres le 15 août 1955. Les catholiques se souviennent aussi de celle de Jacky David, qui eu une dimension nationale avec le départ précipité  du père Leo Diard (prêtre étranger), dont le non-renouvellement du permis de séjour avait pris la hiérarchie de l’Église de court.