Ces jours-ci sur la plage publique très fréquentée de Pereybère, c’est une scène de désolation qui s’offre à la vue des estivants qui pensaient pouvoir s’abriter à l’ombre des filaos pour se protéger du soleil. En effet, nombreux ont été ceux hier matin qui ont été scandalisés par cette vue de filaos étêtés, les branches jetées pêle-mêle créant une scène de désolation.
« Ki pe fer là ? » se demandaient de très nombreuses personnes qui pensaient pouvoir se détendre paisiblement sur cette plage très prisée en cette matinée ensoleillée. « Zot pa ti kapav amass sa bann brans-la ? », « kot dimounn pou kasiet soley aster ? » Autant de questions qui fusaient hier matin parmi ceux qui avaient fait le déplacement jusqu’à la plage de Pereybère.
« Sirman kikenn inn trouv enn mwayin pou fer inpe kass kan li pou vann sa bann brans-la pou ki zot fer sarbon. Ar filao fer bon sarbon-sa », avance un des estivants comme explication.
Sollicités pour un commentaire, les conseillers de village de Grand-Baie/Pereybère ont bien été incapables eux aussi d’expliquer la raison de l’étêtement de ces filaos.
« Personn nepli dir nou ki pe fer, ki pa pe fer ar la plaz aster », s’indigne le président des Forces vives de Pereybère, Georges Chaureemootoo. « Bann forces vives nepli konte aster. Zot fer seki zot oule », ajoute-t-il. « Seki pa res dan landwra ki deside ki pou fer dan nou landrwa aster », poursuit-il.
Dharmendra Mogun, le président du conseil de village, ignorait lui aussi se qui se passait. « An tan ki konsey vilaz, nou nepli ena akse lor seki passe lor laplaz. Se Beach Authority ki deside », lance-t-il au Mauricien d’un ton impuissant. « Bann permi pou travay lor la plaz, koup bann zarb, tou seki touss la plaz, se Beach Authority ki deside ; nou nepli ena narien ladan, ni mem konsey distrik », ajoute-t-il.
Invité à commenter la situation, Dharmendra Mogun ne cache pas son amertume. « Li pa bon mem… Eski se enn travay ti bizin fer ? Bann zarb ki ti la depi ki mo konn la plaz Pereybère, enn sel zour zot disparet », indique-t-il.
Selon le président du conseil de village de Grand-Baie/Pereybère, ni le conseil de village ni celui du district n’ont voix au chapitre en ce qui concerne le développement à faire sur la plage ou le front de mer. « Beach Authority fer seki li anvi », se désole-t-il.
Pour étayer ses dires, Dharmendra Mogun donne l’exemple de la construction d’une structure en béton sur la plage en face de la MCB à Grand-Baie. « Ou trouv sa normal ki mett beton lor enn la plaz ? », se demande-t-il. Autre exemple qu’il avance : des échoppes en béton récemment construites à la plage de Pereybère, en retrait sur ce qui était autrefois une pelouse. « Deza laplaz-la tipti, me boukou dimounn kontan vinn isi… Olie fer plas pou dimounn, zot pran sa tigit plas ki ena la, zot mont enn bann ti-lakaz beton pou fer esop ek lerla ena plis tigit plas ankor pou dimounn », élabore-t-il, impuissant. « Bann otorite nepli ekout lavwa dimounn dan landrwa », se désole-t-il.
Le directeur de la Beach Authority était injoignable pour un commentaire, étant pris dans un comité, selon sa secrétaire.