Il y existe un problème d’accès aérien à régler pour redorer le blason de l’industrie touristique mauricienne, a argué le Chief Executive Officer du groupe hôtelier Lux* Island Resorts hier lors d’une rencontre avec la presse pour commenter la performance du groupe au cours de l’exercice financier 2011-2012 et des perspectives pour l’avenir. « Le nombre de sièges avion est insuffisant par rapport au nombre de chambres d’hôtel disponibles. Avec la hausse anticipée des chambres d’hôtels, on court le risque d’une accentuation de la guerre des prix avec un impact négatif sur la qualité du produit touristique mauricien », a observé Paul Jones.
En présence d’Arnaud Lagesse et de Désiré Elliah, respectivement président du conseil d’administration et directeur financier du groupe Lux*, Paul Jones a soutenu que l’heure est venue de passer à l’action en ce qui concerne l’accès aérien. Il est prévu que le nombre de chambres d’hôtel, qui tourne actuellement autour de 12 000, augmentera d’environ 1 500 d’ici début 2013, ce qui va ajouter à la pression sur le secteur hôtelier. Tout en invitant les autorités à faire preuve de prudence en matière d’octroi de nouveaux permis hôtelier, le Chief Executive Officer (CEO) considère que l’augmentation des chambres d’hôtel risque de provoquer une guerre des prix plus intense au détriment de l’industrie en général. Déjà, a-t-il noté, des établissements hôteliers sont en train de pratiquer des tarifs en dessous de la catégorie dans laquelle ils sont classés.
« Au niveau de Lux*, la stratégie est de maximiser les revenus moyens par chambres d’hôtel disponibles. Toute baisse de prix ne peut qu’affecter la qualité du produit. Un client qui séjourne dans un établissement 5 étoiles s’attend à recevoir un service 5 étoiles. Nous prenons, certes, des mesures pour contenir nos coûts d’opération mais nous ne faisons pas de compromis sur la qualité du service », a fait ressortir Paul Jones.
Le CEO de Lux* a indiqué qu’il y a des discussions avec Air Mauritius pour accroître le nombre de vols aériens, notamment l’établissement de vols directs avec la Chine. « Nous espérons que ce sera le cas d’ici janvier 2013. Le marché principal de demain sera la Chine. Il est prévu que d’ici 2015, le nombre de touristes chinois atteindra la barre de 100 millions. Nous devons tout mettre en oeuvre pour gagner une part de marché plus important dans ce pays », a déclaré Paul Jones.
Avec la Chine, l’Inde et la Russie constitueront, selon le CEO de Lux*, un autre pôle d’intérêt pour l’industrie hôtelière mauricienne. « On s’attend à ce que dans le prochain budget, des ressources adéquates soient prévues afin de nous permettre de travailler nos marchés traditionnels en Europe mais également pour des promotions efficaces dans les pays susmentionnés », a poursuivi Paul Jones. Étant un opérateur hôtelier aux Maldives qui a attiré environ 220 000 touristes chinois, Lux* estime avoir les capacités, à travers ses distribution channels, d’exploiter efficacement le marché touristique chinois.