Face aux pressions sur les premiers détails négatifs de son bilan financier pour l’exercice se terminant au 31 mars dernier, Air Mauritius a voulu rassurer le marché en ce début de semaine. Les pertes, qui pourraient se chiffrer entre Rs 800 millions et Rs 1 milliard, suscitent des préoccupations à l’Hôtel du gouvernement. À ce stade, tout semble indiquer le « 7 Point-Plan » des consultants de Seabury de 2012, qui avait fait miroiter le redressement de la compagnie aérienne et un retour sur la voie de la profitabilité, a été un cuisant échec avec la menace de licenciements pesant sur la tête du personnel de la compagnie d’aviation nationale. En attendant la publication prochaine des détails de l’exercice financier des douze derniers mois, le conseil d’administration d’Air Mauritius s’est voulu rassurant en diffusant un communiqué pour les besoins de la Bourse de Maurice.
D’entrée de jeu, Air Mauritius a voulu se débarrasser du spectre de la faillite en soutenant que « the airline has a gearing ration which is as per the industry norm ». De ce fait, de par son « cash flow » et les facilités bancaires dont elle dispose, la compagnie d’aviation nationale affirme être en mesure d’honorer ses engagements financiers au moment approprié. Le board d’Air Mauritius commente également les trois facteurs cruciaux, dont le poids se fera sentir lors de la prochaine présentation de la performance de la compagnie, à savoir les répercussions du « hedging » pour le carburant, le taux de change négatif de l’euro sur le marché international et la concurrence de plus en plus rude avec les Airbus A380 d’Emirates au Sir Seewoosagur Ramgoolam International Airport chaque jour.
Au chapitre d’une éventuelle « hedging saga », le conseil d’administration d’Air Mauritius a préféré jouer la prudence en évitant de confirmer ou d’infirmer le trou dans la couverture du carburant. « Based on expert advice and in line with most international airlines’practices, it is the policy of Air Mauritius to hedge a part of its fuel requirements. Currently, the company is benefitting from prevailing lower process on its overall fuel bill », déclare sans plus le communiqué publié après les consultations de haut niveau d’hier matin. Des sources officieuses avancent que les éventuelles pertes sur le « hedging » pourraient constituer presque la moitié du déficit des opérations d’Air Mauritius pour 2014/15.
Par rapport aux deux autres facteurs, Air Mauritius s’est contenté de faire ressortir que « in the light of the challenging environment, including the impact of the depreciation of the euro and intense competitive pressures, Air Mauritius is reinforcing measures to improve its performance ». Sans plus. Toutefois, des sources avisées avancent qu’à la lumière des chiffres officiels du bilan financier, des changements et des mesures d’urgence et drastiques sont à prévoir au sein d’Air Mauritius…