Les membres du Front commun des syndicats du transport (FCST) ont manifesté dans les rues de Port-Louis aujourd’hui en vue d’une révision des infractions listées dans le Driving Licence Counterpart (DLC). Ils réclament entre autres que les points soient valides sur deux ans au lieu de trois. Par ailleurs, quelques tensions ont été notées devant la municipalité de Port-Louis entre force de l’ordre et protestataires. L’itinéraire prévu (Champ de Mars-PMO, passant par la rue John Kennedy et Jardin de la Compagnie) a été revu, obligeant le FCST à emprunter un autre trajet pour atteindre la destination finale.
Concernant le Driving Licence Counterpart (DLC), le FCST demande que seules quatre infractions soient sanctionnées : la conduite en état d’ivresse, l’excès de vitesse, le téléphone au volant et la conduite dangereuse. « Le rest met deor ! », disent-ils.
Par ailleurs, des travailleurs sociaux et syndicalistes, notamment Georges Ah Yan du Forum Citoyen Libre (FCL), Jayen Chelum de l’Association des Consommateurs de l’Île Maurice (ACIM), entre autres, soutiennent le FCST. Pour les protestataires, il est hors de question d’être pénalisés à deux reprises pour une même infraction. « Nou pa kapav perdi pwin ek pey lamann », soutiennent les protestataires, qui ont débuté leur mouvement vers 10 h 30 au Champ de Mars (Tombeau Malartic) avant de se diriger vers la municipalité de Port-Louis (MPL), en passant par le Prime Minister’s Office (PMO) afin d’y déposer une lettre de revendications avant de se rendre au Jardin de la Compagnie. Toutefois, leur itinéraire a connu un léger changement en fin de matinée. Au lieu de longer la rue John Kennedy, passant devant la MPL pour aller au PMO, ils ont été contraints d’emprunter la rue Maillard et Rue de la Poudrière. Ils réclament aussi la tenue d’une table ronde en vue d’exposer leurs griefs.
Haniff Peerun, président du Mauritius Labour Congress (MLC), Raffick Bahadoor, président de la Taxis Proprietors Union, Wakil Lalloo, négociateur et Technical Adviser de l’Union Of Bus Industry Workers (UBIW), Jayen Chelum, Georges Ah Yan ont pris la parole au Jardin de la Compagnie pour demander l’ouverture des négociations. « Si lisans sispann ou pa kapav regagn ou lisans parski ou rant dan laz. Se enn linzistis sosial ki pe fer ou sibir », font-ils observer. Ils sont d’avis que la mauvaise état des routes et des infrastructures pénaliseront les chauffeurs.
Le FCST envisage de saisir la justice afin de contester des irrégularités observées concernant le permis à points. Si leurs requêtes ne sont pas prises en considération, les manifestants iront vers une grève générale. D’autres manifestations et des meetings et sont prévus.