Jean Halbwachs s’est éteint à la mi-journée, aujourd’hui, à l’âge de 79 ans en sa résidence de Curepipe. Ce décès attriste toute la communauté des turfistes et est une grande perte pour cette industrie à qui il s’est consacré corps et âme une très grosse partie de sa vie.
Figure emblématique des courses hippiques à Maurice de 1976 à 1993 alors qu’il occupait le poste de Secrétaire General du Mauritius Turf Club, celui que les turfistes appelaient respectueusement “Missié Jean” est donc parti après une longue maladie. Sa santé déjà très fragile depuis plusieurs mois s’est détériorée hier et aujourd’hui il devait rendre l’âme vers 11 h 30.
Jean Halbwachs avait succédé à Gaëtan Halbwachs comme secrétaire du Mauritius Turf Club avant d’être lui-même remplacé par son fils Benoît, qui est toujours en poste aujourd’hui. Il a marqué l’histoire du MTC et des courses par sa grande rigueur et son sens de la discipline, qui ont fait de notre hippisme ce qu’il est aujourd’hui. Il exerça comme entraîneur pendant une saison avant de réintégrer l’administration du club à divers postes surtout liés à la surveillance.
Il n’a pas toujours eu les coudées franches dans son activité et fut même l’objet de critiques dans certains aspects de sa gestion, notamment son allergie aux critiques de la presse, mais l’homme a toujours su faire front et le bon sens finissait toujours par prévaloir.
Jean Halbwachs laisse néanmoins un héritage très riche à l’hippisme mauricien. Il a totalement professionnalisé cette industrie. Il a formé sans académie les meilleurs jockeys mauriciens qui exercent toujours aujourd’hui. Il est à la base, avec Edouard Nairac, de l’International Day qui clôture chaque année la saison hippique. Il nous a aussi remodelé la piste du Champ-de-Mars qui nous permet toujours d’avoir de belles épreuves et protéger les jambes de nos coursiers. Notons également enfin qu’il a été à la base du renforcement de notre système de sécurité pour lutter contre le dopage.
Le drapeau du MTC est en berne pour honorer sa mémoire et ce n’est que justice car chaque turfiste et chaque Mauricien connaît le personnage. Les funérailles n’ont pas encore été fixées à l’heure où nous mettions sous presse.
À son épouse Lise et à ses enfants Benoît, Jean Marc et Clothilde ainsi qu’à toute sa famille, Le Mauricien Ltée présente ses sincères condoléances et salue la mémoire de ce grand amoureux des courses.