À défaut de voir le Théâtre de Port-Louis ou le Plaza réouvrir leurs portes, 2015 pourrait bien représenter l’amorce d’un renouveau dans la création et la programmation théâtrale à Maurice. Alors que le Festival du Rire bat son plein, en attendant Marika est partie ou Tikoulou et le souffle magique, nous assistons à un foisonnement de nouveaux projets, parmi lesquels le Festival de la jeune création Passe-Portes nous enseignent quelques pistes de réflexions.
Alors que le Festival du Rire bat son plein grâce au dynamisme joyeux du Kafét@ Komiko, on nous annonce la présentation de Marika est partie du 31 juillet au 2 août dans la même salle, la seule désormais à être dédiée au théâtre tout au long de l’année. L’auteur et metteur en scène a lui-même adapté cette pièce à partir de son roman, Le voyage de Delcourt. Du côté de l’agence Immedia, Rama Poonoosamy nous a confirmé préparer un festival de théâtre mauricien pour la fin de l’année. Plusieurs années après l’interruption du festival de Port-Louis, cette agence a réactivé un rendez-vous dans d’autres salles avec ses partenaires habituels. Gaston Valayden, sa troupe et son école Sapsiway préparent, eux, plusieurs créations pour la fin de l’année.
L’âme et l’inspiratrice du Kafét@, Miselaine Duval, travaille sur un one woman show qui tournera en France et qu’elle présentera en avant-première à Maurice dans quelques mois. Enfin, l’an prochain, en plus du festival Passe-Portes – qui est spécialisé dans la jeune création –, il faudra aussi compter avec les Théâtrales de l’île Maurice, que souhaite lancer le diffuseur de spectacles français Pascal Legros. Une palette alléchante de grands comédiens feront alors le déplacement.
La fermeture depuis trop longtemps maintenant des deux salles historiques du Plaza et de Port-Louis, l’absence de véritable conservatoire d’arts dramatiques et l’extrême rareté des compagnies qui vivent de leur art, semblent avoir été surpassés par un regain d’activités. Mais alors face à cette soudaine effervescence, que nous a enseigné le festival Passe-Portes, qui a animé le centre de conférence de Grand-Baie du 27 mai au 1er juin ?
Cet événement a donné l’occasion à Maeva Veerapen de mettre en scène une pièce de Bernard Werber, pari audacieux dans le cadre d’une compétition car cet auteur fait rarement l’unanimité. « Un festival comme celui-ci, nous dit-elle, permet de découvrir différentes techniques de jeu et perspectives de mise en scène. Positifs ou négatifs, les retours que nous avons sur nos créations pendant le festival aident à percevoir son travail autrement. »
La jeune comédienne Déborah Jubeau a été touchée de pouvoir accéder si facilement à des célébrités telles que Claude Brasseur ou Claudia Cardinale. « Ce genre de festival est vraiment un cadeau grâce auquel on apprend énormément des autres », précise-t-elle aussi. Yusuf Kadel, qui faisait partie du jury, fonde beaucoup d’espoir sur l’idée que ce festival puisse insuffler un véritable renouveau dans l’écriture et la création théâtrale à Maurice. Il faut dire que ce poète et dramaturge mauricien a écrit deux pièces de théâtre remarquées, qui n’ont cependant jamais été mises en scène par des troupes mauriciennes.