Aussi paradoxale que cette situation puisse paraître, la Banque de Maurice a essuyé des
pertes de Rs 587 millions pour l’exercice financier se terminant au 30 juin dernier. Par contre, la vingtaine de banques commerciales en opération, à l’exception de trois, affiche des profits par milliards.

En guise de consolation, le gouverneur de la Banque de Maurice, Yandraduth Googoolye, note dans son rapport annuel que ces opérations déficitaires pour la Banque centrale se poursuivent depuis 2014/15, sauf pour 2016/17, où des profits de Rs 561,1 millions avaient été réalisés sur le dos de la réalisation de certains instruments financiers.

La principale raison derrière ces pertes demeure le processus visant à stériliser les excès de liquidités.