L’épidémie de peste pulmonaire continue à susciter de vives inquiétudes dans l’océan Indien. Après un premier cas enregistré aux Seychelles mardi, entraînant la mort du patient, Maurice reste sur ses gardes. D’ailleurs, une réunion urgente est convoquée par le ministère de la Santé cet après-midi pour discuter des mesures envisagées pour le renforcement du système de vigilance et de surveillance à différents niveaux.
Cette importante réunion, qui sera présidée par le ministre de la Santé, Anwar Husnoo, comprendra des représentants des ministères de l’Éducation, de l’Agro-industrie, de l’Environnement, des Collectivités locales et du Tourisme, entre autres. Seront aussi présents des représentants de l’Association des Hôteliers et Restaurateurs de l’île Maurice, de la Mauritius Port Authority, de l’Air Travel Organisers’ Licensing, d’Airports of Mauritius, de l’Organisation mondiale de la santé, de l’aviation civile et de la force policière. Nous apprenons, de source sûre, que des décisions importantes seront prises à l’issue de cette réunion.
Pour rappel, un premier cas de peste pulmonaire a été enregistré aux Seychelles le 10 octobre dernier, entraînant le décès du patient. Ce dernier avait effectué un voyage à Madagascar, où sévit l’épidémie, et avait contracté la bactérie. De retour aux Seychelles, il aurait contaminé plus de 250 personnes. Ces dernières ont été placées en observation. L’annonce a été faite le 11 octobre dernier par le ministre de la Santé des Seychelles, Jean-Paul Adam. À Madagascar, le bilan s’alourdit avec 449 cas et 48 morts enregistrés à hier.