La situation s’enflamme à nouveau au sein de l’Association mauricienne de Pétanque de l’ïle Maurice (APIM). C’est le moins que l’on puisse dire après qu’une trentaine de boulistes ont signé une pétition adressée au Premier ministre pour réclamer non seulement la démission de Rajcoomar Radhakrishnasing, mais aussi la fin d’une politique de copinage et de petits copains au sein de cette fédération. Cette démarche qui est l’oeuvre d’un vieux de la vieille nommément Marco Alphonse, un bouliste très connu de Mahébourg. Dans sa missive au Premier ministre, sir Anerood Jugnauth, il fait toute une série de dénonciations sur la manière dont l’APIM est gérée.
En effet, sa pétition longue de cinq feuillets A4, Marco Alphonse vient d’abord sur le statut légale de l’APIM. Il indique entre autres que Sououron Mooneesawmy, Jean-Daniel Seebah, Bineswarsing Boudena et Sunil Lobin n’ont pas de club ni sont-ils membres d’un comité régional mais sont membres de l’exécutif de l’APIM. «ces personnes n’ont pas été élus par une assemblée générale» et sont en fait, dira-t-il dans sa lettre, des amis du président de l’APIM.
Absence répétée du président
Marco Alphonse dénonce dans sa pétition que le ministère des Sports et le MSC  accordent des allocations financières à l’APIM, mais ces deux instances n’ouvrent pas les yeux sur ce qu’il a qualifié de «mauvaise gestion» malgré les nombreuses plaintes déposées par les clubs, les boulistes et les comités régionaux. L’auteur de la pétition cite un fait qui remonte à février 2016 où le comité régional de Quatre-Bornes était devant l’Ombudsperson for Sports pour leur plainte contre le président de l’APIM, toutefois ce dernier a brillé par son absence.
Dans la foulée, outre la démission de Rajcoomar Radhakrishnasing, la pétition demande aussi au PMO de demander au ministère de la Jeunesse et des Sports de dissoudre le comité exécutif de l’APIM pour mettre en place un «caretaker committee» afin de préparer des nouvelles élections à tous les niveaux au sein de l’APIM. «La progression et la justice pour tous. C’est tout ce que nous réclamons», devait indiquer à Week-End Marco Alphonse.