Le Premier ministre a déclaré hier qu’il « ne sera pas la marionnette » que cherche le leader de l’opposition Paul Bérenger. Navin Ramgoolam a aussi présenté son gouvernement comme « une équipe socialiste qui met l’humain au centre de toutes ses décisions ». C’était lors de l’inauguration du centre social de Petit-Bel-Air en présence du député de la circonscription N°12 et ministre de l’Éducation Vasant Bunwaree, de Mahen Jhugroo du MSM ainsi que d’autres personnalités.
Selon Navin Ramgoolam, Paul Bérenger cherche une « poupée doukeea ». « Pa pou mwa selman sa », a déclaré le Premier ministre à la presse hier lors de l’inauguration du centre social de Petit-Bel-Air où il a été accueilli avec tous les honneurs. Le député du MSM Mahen Jhugroo, le ministre des Collectivités locales Hervé Aimée et le Permanent Private Secretary (PPS) Thierry Henri ont aussi assisté à l’ouverture de ce lieu qui comprend, entre autres, une salle de gym et de billard et un espace pour le yoga.
Le Chairperson du conseil de village s’est dit fier d’avoir le chef du gouvernement comme invité. Biswanath Kalkah a rappelé que Navin Ramgoolam a été fait citoyen d’honneur de Petit-Bel-Air quand il était leader de l’opposition en octobre 2004. « Je suis sûr que sir Seewoosagur Ramgoolam serait fier de ce que son fils a fait pour le pays », a-t-il déclaré. Il a aussi remercié le ministre de l’Éducation Vasant Bunwaree, qui est député dans la circonscription Mahébourg/Plaine Magnien (N°12) depuis environ 25 ans.
Et au Premier ministre de rappeler la réouverture de l’hôpital de Mahébourg. Le précédent gouvernement (NdlR : MMM/MSM), a souligné Navin Ramgoolam, avait pris la décision de fermer cet établissement. Il avait alors pris l’engagement de le rouvrir s’il gagnait les élections générales. « Nous avions pris l’engagement de changer vos vies en 100 jours et nous avons rouvert l’hôpital. »
Le chef du gouvernement estime qu’il faut travailler pour l’amélioration de la vie des Mauriciens tout en gardant l’humain au centre de toute décision. « Tout est une question de choix économique… On ne peut juger un pays uniquement par les bâtiments, les routes ou le Produit intérieur brut. Ces critères ne prennent pas en considération la qualité de vie de la population », a affirmé Navin Ramgoolam. Selon lui, il faut juger un gouvernement par ce qu’il a déjà accompli et projette de faire avec le soutien de ses membres qui travaillent pour le peuple et non pour leurs intérêts personnels.
Le Premier ministre a évoqué son combat pour arrêter les travaux à Ferney qui auraient pu provoquer un désastre écologique pour la flore du pays. Il s’est aussi appesanti sur le nouvel aéroport, en déclarant surveiller de très près ce projet. Un projet qui, dit-il, créera des emplois.
Navin Ramgoolam a par ailleurs présenté son gouvernement comme « un gouvernement socialiste ». « Nous pensons aux plus faibles, ceux qui ont eu moins de chance dans la vie, afin de corriger les erreurs du destin », a soutenu le Premier ministre. D’où, a-t-il souligné, sa décision de créer un ministère de l’Intégration sociale. Il a aussi fait comprendre que tous auront droit au développement dans leur ville ou village.
Le chef du gouvernement a aussi expliqué que c’est suite à une visite chez des familles pauvres à Rivière-du-Rempart qu’il avait réalisé que certaines ne pouvaient envoyer leurs enfants à l’école faute d’argent. C’est ainsi qu’il a proposé le transport gratuit pour les écoliers et étudiants dans son programme.