Photo illustration

Une pétition demandant qu’une loi soit adoptée pour protéger les singes et mettre fin à leur capture et à leur domestication a été déposée mardi de la semaine dernière au bureau du Premier ministre. Cette pétition, lancée par la Britannique Chandra Walker, et signée par des Mauriciens, aussi bien que des étrangers, a reccueilli plus de 85 000 signatures.

Révoltée par de nombreux cas de maltraitance perpétrés sur des singes dans diverses régions du pays, Chandra Walker a lancé, l’année dernière, une campagne de sensibilisation du public sur la capture et la violence exercées sur les singes. La militante des droits des animaux regrette qu’il n’existe aucune loi pour protéger les singes à Maurice : « There are currently no laws to protect the monkeys who live freely in Mauritius and many of them are trapped and kept as pets. As pets, the monkeys may be imprisoned on their own in small cages or permanently tied to a length of rope ».

Pour elle, ces animaux ne sont pas faits pour être domestiqués, et il est cruel de leur priver d’une vie normale. « Such confinement, deprivation and isolation from other monkeys causes physical and psychological suffering. Monkeys are wild animals and they need space, stimulation and the companionship of other monkeys », précise l’auteur de la pétition. De plus, fait-elle ressortir, ils peuvent devenir d’une compagnie difficile, imprévisible et même dangereuse lorsqu’ils atteignent l’âge adulte. « The campaign believes that, regardless of how good the intentions of people, the complex behavioural, social and psychological needs of monkeys simply cannot be met when they are kept as pets. It is also dangerous to keep monkeys as pets. As they grow older, they become stronger and more predictable. They can become aggressive and may bite or attack people », dit-elle.

Chandra Walker ajoute qu’il existe de grandes ONG internationales qui, comme elle, s’opposent à la domestication de tout primate. Parmi elles, l’American Veterinary Medical Association (AVMA), la British Veterinary Association (BVA) ou encore la UK’s Royal Society for the Prevention of Cruelty to Animals (RSPCA) et l’International Primatological Society (IPS).