• Le candidat du Reform Party soutient qu’Ivan Collendavelloo « is making a blatant abuse of process of the court »

Dans le cadre des pétitions électorales entendues en Cour suprême, le Premier ministre adjoint Ivan Collendavelloo avait déposé une motion demandant que la révision judiciaire de Roshi Bhadain soit déterminée avant les autres pétitions électorales dont celle contre lui dans la circonscription No 19. Dans un affidavit en réponse au Premier ministre adjoint, Pretam Seewoochurn, candidat déchu du Reform Party qui conteste l’élection de ce dernier, fait état de « delaying tactic in order to delay the hearing of my election petition ».

Preetam Seewochurn, candidat du Reform Party, conteste l’élection d’Ivan Collendavelloo dans la circonscription No 19, ainsi que la candidate battue du MMM, Jenny Adebiro. Ivan Collendavelloo, par le biais d’un affidavit juré et déposé en Cour suprême, a demandé que la demande de révision judiciaire de Roshi Badhain soit entendue avant les pétitions électorales qui le mettent en cause.

Preetam Seewoochurn, dans un affidavit juré le 31 janvier, rédigé par l’avoué Pazhany Rangasamy, soutient que la demande de révision judiciaire de Roshi Bhadain « conteste les décisions et le “decision-making process” du commissaire électoral et de l’Electoral Supervisory Commission et cela n’a ainsi rien à voir avec ma pétition électorale. »

Il soutient ainsi que la motion d’Ivan Collendavelloo pour donner priorité à la demande de révision judiciaire de Roshi Bhadain n’a pas lieu d’être, avançant « the sanctions which are applicable with regards to the election petition that I have lodged, may entail the Applicant (Ivan Collendavelloo) not to be able to stand as a candidate for the General Election for the next 7 years and has nothing to do, in any manner whatsoever, with the remedies which may be available in any judicial review application ».

Il souligne ainsi qu’Ivan Collendavelloo utilise toutes sortes de stratagèmes pour que sa pétition électorale ne soit pas entendue, arguant qu’il s’agit d’un « blatant abuse of the process of the court, is showing disrespect to the Court, and making a complete mockery of the administration of justice ». Il soutient ainsi que la requête d’Ivan Collendavelloo « has been lodged as a mere delaying tactic in order to delay the hearing of my election petition lodged against the Applicant, which must be imperatively be heard promptly ».

Le candidat du Reform Party a déclaré aussi que dans la pétition électorale de Jenny Adebiro, Ivan Collendavelloo n’a pas souhaité l’inclure comme partie car il n’y a pas de « lien de connexité » car sa pétition électorale « stands on its own with different sanctions should there be a finding against the Applicant in the present matter ». Et d’ajouter c’est la prérogative de la Cour suprême de décider quelle affaire entendre en priorité et non le demandeur, à savoir Ivan Collendavelloo.