Suren Dayal aux côtés de Pravind Jugnauth à meeting de l'Alliance de L'Avenir en 2010

Le candidat battu de l’Alliance Nationale, lors des élections générales, Suren Dayal, a tenu à répondre à l’affidavit logé par le Premier ministre dans le cadre de la pétition électorale de l’opposition pour demander d’invalider les élections de Pravind Jugnauth, Leela Devi Dookhun-Luchoomun et Yogida Sawmynaden dans la circonscription Moka/Quartier-Militaire (No 8).

Suren Dayal a, dans une motion faite devant un juge des référés, soutenu que la position prise par Pravind Jugnauth est « prématurée » et constitue « un abus de procédures ». Suren Dayal conteste aussi la requête du Premier ministre pour que sa pétition électorale soit suspendue en attendant d’entendre la demande de révision judiciaire logée par le leader du Reform Party, Roshi Bhadain.

Suren Dayal a répliqué dans son affidavit qu’il n’est pas partie prenante dans l’action légale de Roshi Bhadain et que la démarche du Premier ministre a pour seul but de retarder son procès contre lui et ses deux colistiers élus, Leela Devi Dookhun-Luchoomun et Yogida Sawmynaden. Suren Dayal souhaite ainsi le rejet de la requête de Pravind Jugnauth. Le Premier ministre réclame quant à lui le rejet de la pétition électorale de Suren Dayal, avançant que les raisons données par le candidat déchu de l’Alliance Nationale « are frivolous and vexatious » et aussi que cela lui porte préjudice et qu’il n’aura pas droit à un procès équitable.