Le ministre de l’Environnement Deva Virahsawmy a affirmé que « la situation géographique d’un pays est plus important que son Produit intérieur brut (PIB) quand on parle des petits états insulaire. Or lorsqu’il s’agit d’allocation de fonds, on prend en considération le PIB et c’est injuste ». C’était jeudi lors d’une remise d’allocation de AusAID à quatre associations mauriciennes à la haute commission australienne à Maurice en présence du vice-ministre australien des Affaires étrangères Richard Marles qui était en mission d’un jour au pays.
Deva Virahsawmy a fait état des récentes pluies diluviennes qui ont affecté des habitations et l’agriculture avec pour conséquence le pays ayant recours à l’importation de légumes d’Afrique du Sud. Le ministre de l’Environnement estime que les petits états insulaires sont les moins polluants, mais qu’ils en souffrent le plus.
Le ministre note que le projet Maurice Île Durable (MID) introduit par le Premier ministre en 2008 tombait dans un premier temps sous la responsabilité de son ministère. Cependant, ajoute-t-il, pour avoir le concours des autres ministères et départements étatiques pour la mise en oeuvre du plan d’action, il a fallu créer la commission MID au Bureau du Premier ministre.
Deva Virahsawmy a évoqué la mise en oeuvre d’une série de projets au cours des cinq prochaines années pour rendre les communautés vivant dans des régions côtières résilients des effets du changement climatique. Parmi : la construction d’un centre de refuge en cas d’inondation ou de tsunami, la mise en place d’un early warning system et la plantation des palétuviers. Le ministre observe par ailleurs que l’Australie, une île continent, connaît des expériences similaires et souhaite que ce pays aide Maurice.
De son côté, la coordonnatrice nationale du GEF-Small Grants Programme Pamela Bapoo-Dundoo a remercié le gouvernement australien de son soutien aux communautés des petits états insulaires comme Maurice, Seychelles, Comores et Madagascar à travers le financement des projets qui ont pour but de tester, mettre en oeuvre et répliquer des projets communautaires visant à augmenter la résilience des communautés vulnérables par rapport au changement climatique.
Le vice-ministre australien des Affaires étrangères Richard Marles a fait don des fonds destinés à quatre projets communautés, dont deux sont pour Rodrigues, aux représentants des organisations non gouvernementales sélectionnées pour une somme totale de Rs 3 648 000. Deux de ces projets sont cofinancés par le Adaptation Fund et sont mis en oeuvre par le ministère de l’Environnement à hauteur de Rs 1 520 000.
Les quatre bénéficiaires sont : la Grand Sable Fishermen Association pour « augmenter la résilience des communautés de Grand-Sable et de Quatre-Soeurs pour faire face aux effets du changement climatique » ; la Grand Sable Women Planters’, Farmers’ and Entrepreneurs’ Association pour « augmenter la subsistance des femmes vivant à Grand-Sable et en proie aux effets du changement climatique » ; la PTA Notre Dame de Lourdes RCA School en vue de réduire les effets du changement climatique en consolidant les structures de l’école ; et la Shoals Rodrigues Association pour leur projet « community based adaptation for fi