Après avoir passé plus de 48 heures dans la région boisée de Pétrin et de Plaine-Champagne, Ahmad Saboordin Dada Mullack, 77 ans, a été retrouvé vivant. Le miraculé, hors de danger, se trouve depuis tôt ce matin au centre hospitalier de Rose-Belle après avoir été localisé dans un ravin hier après-midi par des randonneurs grâce à des appels au secours. En raison de la topographie du terrain, les éléments de la Special Mobile Force et ceux du Groupement d’intervention de la police mauricienne ont dû mener une opération des plus complexes durant toute la nuit et ce n’est que tôt ce matin que le septuagénaire a été hélitreuillé.
Les premiers échanges en fin de matinée entre Ahmad Saboordin Dada Mullack et ses proches parents, dans la salle N° 20 du ward 05 de l’hôpital Jawaharlall Nehru, ont été empreints d’émotions. Le retraité devait fondre en larmes à la vue de sa fille Nooreen et de son épouse Sabeeroon. « Mo mem kone par ki mo fine passé depi lindi. Dan sa bann moman difisil-la kot monn ress tousel dan bwa mone priye bondié boukou. Se enn moma ki zamé mo pou bliye. Me aster pena pou tracasé tou pe korek… » devait-il déclarer, affaibli, aux membres de sa famille. À la mi-journée, ces derniers, qui se sont déplacés en grand nombre au centre hospitalier de Rose-Belle, étaient toujours en attente d’amples d’informations sur l’état de santé du septuagénaire.
La fille et l’épouse du miraculé sont soulagées depuis ce matin mais toujours sous le choc du traumatisme vécu depuis le début de la semaine. « Nou byin kontan me nou pa ti atann ki li finn pass par enn situation osi difisil ki sa », témoigne Nooreen, 20 ans. Selon le témoignage d’Ahmad Saboordin Dada Mullack à ses proches, lundi, au lieu de prendre le sentier menant à l’autobus loué pour cette sortie mensuelle de la Saint-François Senior Citizen Association, il a emprunté un chemin allant en sens inverse. Il devait alors être environ 11 h 30, soit l’heure où les 58 membres de ce club du troisième âge devaient quitter Petrin, selon leur programme.
À ce moment, Ahmad Saboordin Dada Mullack s’est très vite perdu dans la région boisée de Pétrin et de Plaine-Champagne, alors que les responsables de cette sortie commençaient à s’affoler. Dans ses échanges avec ses proches et avec la police, il a affirmé que dès le premier jour de recherches il a tenté en vain à plusieurs reprises d’attirer l’attention de l’hélicoptère de la police, qui survolait la région, en faisant des signes de détresse avec un bâton et son mouchoir de poche.
À un certain moment, il devait se débarrasser de son sac à dos, trop encombrant dans de telles conditions. Le retraité devait passer ces dernières 48 heures sans la moindre nourriture, apaisant sa soif avec la bouteille d’eau en sa possession et affrontant les nuits glaciales de cette partie de l’île. S’il n’avait qu’un mince espoir d’être retrouvé, Ahmad Saboordin Dada Mullack devait finalement être localisé par des randonneurs vers 14 h 30 hier après-midi. À ce moment, il se trouvait pratiquement à la bordure de la région de Pétrin, prisonnier dans un ravin.
Compte tenu de la topographie des lieux, les randonneurs n’ont pu établir de contact visuel avec le disparu. Ce sont ses cris « sap mo lavi, sap mo lavi » qui devaient les avertir qu’une personne se retrouvait en difficulté. Les hommes de la Special Mobile Force (SMF) et du Groupement d’intervention de la police mauricienne (GIPM), qui poursuivaient toujours les opérations dans cette région, devaient réorienter les recherches vers les lieux indiqués par ce groupe de randonneurs.
Toutefois ces secouristes aguerris ont eu beaucoup de difficultés pour évacuer Ahmad Saboordin Dada Mullack de ce ravin. Leurs multiples tentatives ont été rendues encore plus compliquées avec la nuit tombant rapidement en cette période. À un certain moment durant la nuit, ils devaient abandonner tout espoir d’extirper le retraité. Les responsables des opérations n’ont préféré prendre aucun risque et devaient lui offrir une assistance permanente jusqu’à tôt ce matin. Ahmad Saboordin Dada Mullack a alors finalement pu être hélitreuillé vers le centre hospitalier de Rose-Belle, marquant ainsi la fin de cette mésaventure qui sera gravée à tout jamais dans son esprit…