Bientôt six mois que les prix de l’essence et du diesel à la pompe à Maurice restent inchangés, alors que les cours du pétrole sur le marché international accusent une tendance à la baisse et que le taux du change du dollar vis-à-vis de la roupie s’est fléchi. Ashok Raghooputh, secrétaire de la Petrol Retailers Association (PRA), s’interroge là-dessus et fait ressortir que les associations de consommateurs n’ont jamais évoqué cette situation auprès des autorités.
Étayant son argumentation sur la base de données qu’il a personnellement compilées, le secrétaire de l’association des gérants de stations-service remarque que les prix du diesel et de l’essence au litre étaient fixés, à la mi-mars 2011, à Rs 43,53 et Rs 51,30 respectivement, alors que le prix du baril de pétrole sur le marché international était de US$ 112 et que le cours du billet vert était à de Rs 30,34 à cette même période. Deux semaines plus tard, le Petroleum Pricing Committee (PPC), qui entretemps avait remplacé le comité de l’Automatic Pricing Mechanism, décidait de ramener les prix à Rs 41,20 pour le diesel et Rs 49,30 pour l’essence. Le prix du pétrole à l’international était de US$ 110 le baril et le taux de change du dollar était fixé à Rs 29,65. Selon les observations d’Ashok Raghooputh, la baisse des prix à la pompe à Maurice était justifiée par le repli du cours du pétrole sur le marché international ainsi que par le fléchissement du dollar vis-à-vis de la roupie.
Or, constate-t-il, le prix du baril a poursuivi une courbe descendante depuis le 31 mars 2011 – date de la dernière réunion du PPC – et le dollar avec. Le secrétaire de la PRA note que le baril est offert à environ US$ 81 alors que le dollar s’échangeait jusqu’à tout récemment à Rs 29,30. La logique veut que les prix à Maurice soient en conséquence revus à la baisse. Une lecture du dernier bulletin mensuel de la Banque de Maurice (BoM) apporte la confirmation que le prix du pétrole sur le marché international a diminué. Se référant à l’Intercontinental Exchange (ICE) Brent Crude, la BoM rapporte que le prix est passé de US$ 123,1 le baril en avril 2011 à US$ 109,9 le mois dernier. S’agissant du NYMEX (New York Mercantile Exchange) West Texas Intermediate US Crude, le prix a chuté de US$ 110 en avril 2011 à US$ 86,3 en août 2011. La BoM confirme également une dépréciation du billet vert vis-à-vis de la roupie, plus précisément de mars 2011 (Rs 29,754) à août 2011 (Rs 28,723).
Ashok Raghooputh considère qu’il y a justification pour une réduction d’au moins 20 % des prix du diesel et de l’essence sur le marché local. Il se demande pourquoi les associations de protection des consommateurs n’ont pas encore repris la question avec les autorités alors que les données officielles parlent en faveur d’une révision des prix à la baisse.
Le secrétaire de la PRA plaide également pour une révision de la marge bénéficiaire des stations-service qui, rappelle-t-il, est restée inchangée depuis juillet 2008. « Entretemps nos coûts continuent d’augmenter. Nous avons à faire face à la hausse des salaires, des frais d’électricité et d’approvisionnement par camion-citerne. Tout le monde est au courant de la perte due à l’évaporation des produits pétroliers. Nous perdons chaque mois entre Rs 40 000 et Rs 50 000 », fait ressortir Ashok Raghooputh.
La direction de la PRA se propose de rencontrer bientôt le ministre du Commerce, de l’Industrie et de la Protection des Consommateurs, Cader Sayed-Hossen, pour discuter de la question de marge accordée aux stations-service.