Le dernier cas d’arrestation d’un pharmacien à Curepipe vendredi dernier pour vente illégale de certains médicaments sans présentation de prescription donne raison au Pharmacy Council d’accélérer le processus de préparation d’un Code of Practice pour la profession. Le draft de ce code est quasiment prêt et le Pharmacy Council compte le mettre dans peu de jours sur son site internet afin que les membres de la profession puissent en prendre connaissance avant de finaliser le document.
« Maintenant que nous avons un Registrar, le Pharmacy Council bouge vite avec la mise en pratique des articles de la loi qui ont déjà été promulgués et ce Code of Practice fait partie de nos priorités », dit Faizal Elahee, président du Council. Il y a environ 500 pharmaciens registered et à peine une trentaine exercent dans le service public. « Tout comme les médecins et les avocats qui ont chacun leur Code of Practice, les pharmaciens doivent en avoir un. Ce Code Of practice reprend ce que les pharmaciens ont appris durant leurs années de formation et nous n’inventons donc rien dans la profession. Néanmoins, il faut exercer dans un cadre pour qu’il n’y ait pas d’écarts », explique le président du Pharmacy Council. « En gros, ce code dit au pharmacien ce qu’il doit faire et c’est aussi un rappel de ce qui n’est pas permis dans la profession », poursuit le président du Pharmacy Council. Ce nouvel organisme de contrôle de la profession des pharmaciens insiste sur l’importance de discuter d’abord avec les professionnels concernés de cette ébauche de Code of Practice avant de produire un document final. « La communication et la dissémination de l’information sont importantes si on veut avancer dans la bonne direction dans l’intérêt des patients et celle de la profession. C’est pour cette raison que nous avons décidé de mettre le Draft sur notre site web dans quelques jours », dit le président du Pharmacy Council.
Concernant le pharmacien arrêté il y a trois jours dans la région de Curepipe par la police pour vente illégale de certains types de médicaments nécessitant obligatoirement une prescription, le Pharmacy Council ne peut agir, car certaines clauses de la Pharmacy Council Act lui donnant de tels pouvoirs n’ont pas encore été promulguées, explique notre interlocuteur. « Légalement on n’a pas le droit d’agir même si ce type de délit concerne le Pharmacy Council », dit-il. « Les Articles 1 à 16 de la loi ont déjà été promulgués et c’est pour cette raison que nous pouvons agir sur certaines questions. En revanche, les règlements concernant l’enregistrement des pharmaciens ou même les sanctions à prendre quand il y a des malpractices avérées se trouvent dans l’autre partie de la loi qui n’a pas encore été promulguée. C’est le Pharmacy Board qui a toujours le pouvoir d’enquêter lorsqu’il y a maldonne dans la profession et de suspendre un pharmacien à la lumière des enquêtes », explique Faizal Elahee.