L’ensemble de la Pharmacy Council Act est en vigueur depuis quelques jours. Des changements majeurs sont prévus pour un meilleur contrôle de la profession médicale. Déjà, de nouveaux règlements sont en vigueur depuis le 1er novembre s’agissant de l’enregistrement des nouveaux pharmaciens. Ainsi, tout nouveau demandeur devrait obligatoirement passer par une étape de “pre-registration” consistant en un stage pratique d’une année dans des pharmacies publiques et privées. Les demandeurs qui auront déjà entrepris ce stage durant leurs études devront en apporter la preuve au Pharmacy Council.
Certaines clauses de la Pharmacy Council Act, qui n’avaient pas été proclamées lorsque le board du Pharmacy Council est entré en fonction l’année dernière, le sont depuis quelques jours. Entre-temps, le conseil d’administration a mis en place les structures nécessaires pour permettre à l’organisme de fonctionner et s’est attelé aux préparatifs pour la mise en pratique de la loi. Après l’annonce d’un Code of Practice, qui entrera en vigueur sous peu, le Council passe à l’action en ce qu’il s’agit de la section 18 de la Pharmacy Act se rapportant au “Registration of Pharmacist”. « Toutes les décisions du Pharmacy Council pour un meilleur contrôle de la profession sont en lien avec la loi », souligne Faizal Elyhee, président du Pharmacy Council. « Il n’y a rien de répressif. Ce renforcement de contrôle est dans l’intérêt de la profession aussi bien que dans celui du public », dit-il.
Interéssons-nous aux nouvelles mesures adoptées par le Pharmacy Council pour l’octroi du Certificate of registration aux nouveaux pharmaciens et en vigueur depuis trois jours. « Les nouveaux règlements ont été proclamés le 1er novembre et concernent donc les nouveaux diplômés en pharmacie qui font leur demande de “registration” à partir de cette date », tient à préciser le président de ce Council. D’abord, tout nouveau demandeur doit avoir entrepris et complété des études “full-time” d’une durée de pas moins de quatre ans, excluant une période de “pre-registration training”, dans une université ou toute autre institution reconnue par le Pharmacy Council. Le demandeur doit prouver à l’organisme de contrôle la profession des pharmaciens qu’il a aussi entrepris « at least one year’s approved pre-registration training ». Faizal Elyhee explique : « Nous allons vérifier minutieusement tous les documents que le demandeur soumettra au Council afin de nous assurer de la qualité et du niveau de la formation qu’il a eue et pour voir s’il respecte la législation en vigueur. »
Dans le cas des demandeurs qui n’auront pas entrepris ce stage après les quatre ans d’études, le Pharmacy Council prévoit à leur intention un “pre-registration training”. Ce Council discute depuis plusieurs mois avec différents organismes du privé et du public de la mise en place d’un système pour le bon déroulement de cette formation pratique et pour l’évaluation des étudiants et, pour l’heure, le Pharmacy Council serait prêt avec son plan. « Nous savons comment nous voulons procéder et nous avons déjà finalisé plusieurs aspects », indique Faizal Elyhee.
Ce stage pratique se déroulera dans les pharmacies des hôpitaux et dans certaines pharmacies du secteur privé (y compris celles des cliniques). « Cette formation sera dispensée par des personnes que nous appelons “Tutors” et qui ont plusieurs années de métier. Ils ont été choisis à partir d’une “Expression of interest” que nous avons lancée. Cette liste n’est pas fermée et nous comptons lancer un nouvel appel aux pharmaciens de carrière et qui voudraient soit faire partie des Tutors, soit apporter leur savoir-faire dans d’autres aspects de l’organisation de ce stage pratique », annonce le président du Pharmacy Council.
Le fonctionnement des pharmacies dans les hopitaux diffère totalement de celui de celles du privé et le Pharmacy Council pense qu’il serait bon que l’aspirant pharmacien ait un aperçu général de la manière dont le “dispensing” des médicaments se déroule dans ces deux milieux. Un volet important de ce stage pratique porte sur les différentes lois en vigueur à Maurice, particulièrement la Pharmacy Council Act et la Dangerous Drugs Act. La loi prévoit aussi un examen au bout de ce “pre-registration training” : « No person shall be registered as a pharmacist unless he has, after having undergone at least one year’s approved pre-registration training, successfully passed such examination as the Council may determine for the purpose of determining whether he possesses adequate professional pharmaceutical knowledge. »
« Qui organisera donc cet “exit exam” ? » se demandent néanmoins plusieurs professionnels du secteur ayant déjà pris connaissance des nouveaux règlements. Ces derniers voudraient savoir si le Pharmacy Council fera appel au National Board of Examinations of India,  à l’instar du Medical Council et du Dental Council, pour leurs examens respectifs. 
« Aucune décision n’a été prise au sujet de l’organisation de l’examen car nous discutons toujours de cet aspect », répond le président du Pharmacy Council. Ce dernier affirme que « tout se fera dans la transparence » et que « l’examen sera confié à un “independant body” ». Il ajoute que le Pharmacy Council a eu des discussions avec certains organismes ayant déjà l’expérience nécessaire dans l’évaluation des connaissances des étudiants dans des disciplines concernant le secteur de la santé, tels le Mauritius Institute of Health, l’Université de Maurice et l’University of Technology. Le Pharmacy Council pense que ces trois institutions pourraient apporter leur contribution dans la mise en place d’un système d’examen. 
Les premiers examens du Pharmacy Council sont fixés pour novembre 2018. La loi fait mention de la tenue de cet examen au moins une fois par an mais le Pharmacy Council n’écarte pas la possibilité à l’avenir d’organiser deux examens par an afin de ne pas pénaliser les aspirants pharmaciens par une trop longue attente. Par ailleurs, depuis quelques années les études en pharmacie attirent davantage des HSC School leavers et une vingtaine de nouveaux pharmaciens arrivent sur le marché du travail chaque année.