Que deviennent les gens qu’on isole dans des endroits où la société ne va plus mettre les pieds ? En se posant cette question quasiment tout au long de sa vie de penseur, Michel Foucault a si finement analysé certains travers des sociétés occidentales que sa pensée demeure pertinente aujourd’hui non seulement dans le monde occidental, mais aussi ailleurs, et bien au-delà des XVIIIe et XIXe siècles — l’antichambre du monde contemporain — qui balisaient son champ de recherche. La conférence sur Surveiller et punir, qu’ont donnée en février dernier Joseph Cardella, Emmanuelle Soubou et Geneviève Ginvert, a apporté du grain à moudre à tous ceux qui s’interrogent sur les systèmes de répression mis en place par les institutions. La salle était comble à la médiathèque de l’IFM le 12 février dernier et l’assistance, captivée.