Stéphanie Desvaux n’a pas pensé aux hommes peints de la vallée de l’Omo, si magnifiquement photographiés par Hans Sylvester, lorsqu’elle a choisi le titre de sa première exposition individuelle… Chez elle, Omo est le terme japonais du mot « visage ». Et ces visages, elle les a vus dans les écorces et troncs d’arbres qu’elle a photographiés en gros plan jusqu’à l’obsession.