C’est un des matériels indispensables à tout photographe aspirant à évoluer selon les règles qu’impose la photographie professionnelle. Le 50mm est une lentille fixe considérée comme un “objectif mythique” qui devait obligatoirement faire partie de la panoplie des débutants. Ceux-là qui, en progressant, parvenaient à mieux saisir ses atouts.
Le 50mm restitue l’image comme on souhaiterait qu’elle soit. Il ne crée pas les distorsions associées aux grands-angles et garde une profondeur de champ relativement claire, contrairement aux lentilles plus puissantes. Bien entendu, le 50mm n’est pas un zoom, ce qui veut dire que sa focale ne peut être changée. Il revient alors au photographe de s’avancer ou de reculer pour composer son image. En reportage, en photographie de mode ou artistique, le 50mm a pendant longtemps joui d’une excellente réputation.
Alors que le monde de la photographie ne cesse d’évoluer, le Cercle des Artistes Photographes (CAP) retourne à la base et raconte que “One lens does it all.” Les photos seront exposées dans le cadre de son traditionnel Salon d’Août. Depuis lundi, ses membres présentent le monde en 50mm à travers la cinquantaine de photos exposées jusqu’au 31 août au Dias Pier du Caudan Waterfront. On appréciera la netteté des images, la force de la lumière crue et non filtrée à travers les éléments de cette lentille versatile. De belles couleurs pour faire ressortir ces mouvements arrêtés ou ces souvenirs figés pour l’éternité.