Le président du Parti travaillliste, Patrick Assirvaden,  a lors d’un point de presse du PTr ce matin au Square Guy Rozemont,  commenté la publication par notre confrère l’Express, samedi et dimanche, des  photos du Premier ministre dansant le séga et s’amusant en compagnie de Nandanee Soornack  « Tou dimounn pe demande ki pe sey prouve are sa bann photos là kan PM danse séga.. Et, zotte éna toupet dir photos là fine prend dans une fête privée ». Patrick Assirvaden se demande quelle est la « raison d’État » derrière la publication de telles photos. «Le PM a le droit de s’amuser comme tout le monde. Que l’Express nous explique en toute transparence combien il a payé pour ces photos. Le public a le droit de savoir. »
Pour Patrick Assirvaden, le quotidien de Riche Terre veut maintenant se cacher derrière une autre façade en faisant croire que le PM n’est pas l’homme à abattre, qu’il est sympathique.  Il explique  que l’Express  veut jouer un rôle politique et a un agenda  dans la contexte d’une éventuelle alliance Ptr/MMM. « Li paret éna enn l’entente entre PTr et le MMM et ki pu débouche lors enn l’Alliance. Tu dimounn conné ki sa vé dir.  »
Patrick Assirvaden rappelle qu’en France, Paris Match a dû dédommager Ségolène Royal, ex-compagne du président François Hollande, de même que Julie Gayet (Ndlr : dont la liaison avec François Hollande a défrayé la chronique) et Valérie Trierweiler (Ndlr : ex-compagne de Hollande, qui a rompu avec lui après la révélation de la liaison avec Gayet), pour des articles et photos relevant de leur vie privée. Un journal a également dû dédommager Yannick Noah pour avoir pris des photos de lui pleurant à la mort de son frère. « Il y a une démarcation entre vie privée et vie publique.
Pour sa part, Abdullah Hossen considère que l’Express a bafoué toutes les règles de la déontologie journalistique… « Certains journalistes viennent mettre en Une la vie privée des hommes public, mais il y a certaines règles à ne pas bafouer. Dans le cas de ces photos du Premier ministre dans l’Express, est-ce que l’image de Maurice a été ternie ? Le PM n’était pas dans une fonction officielle, ni dans un sommet international, ni dans un état d’ébriété. Ene PM ki fume cigare, tape djembé, danse séga, est-ce un délit, un acte immoral ? Le journal a voulu faire un acte  bassement commercial. Nous condamnons cette démarche. Au PTr, on a un respect pour la presse. »
Questionné par la presse, qui voulait savoir s’il connaissait l’identité de celui qui a vendu ces photos, Patrick Assirvaden dira : « Celui qui a pris ces photos est un voyeur. Quid de sa lâcheté ? Mais c’est le  journal  ki fine cose violation.  Seule une nécessité publique prépondérante peut justifier une intrusion dans une vie privée. » . À une autre question de la presse, sur les avoirs de Mme Soornack, et la présence du PM à cet aniversaire, Patrick Assirvaden a été catégorique : « Kot sa éna enn l’intérêt public. C’est une fête d’anniversaire où n’importe qui aurait pu être invité. Ki règle PM ine bafoué… Li pe danse séga, so what. Dans tout fête Mauricien danse séga. »