L’édition 2011 de la campagne Love in the City de PILS sera axée sur le dépistage. L’Organisation non-gouvernementale (ONG) en collaboration avec Rogers et la municipalité de Port-Louis tiendra plusieurs activités dont des tests de dépistage gratuits dans la capitale. L’objectif est de cibler la population active qui n’a pas toujours le temps de se rendre dans un centre de santé pour un dépistage.
L’entrée du passage souterrain menant au Caudan Waterfront à Port-Louis sera très animée le jeudi 1er décembre. Les volontaires de PILS seront sur place pour informer et sensibiliser le public sur le VIH et l’importance du dépistage. Intitulée Eski to sir ? Fer enn test !, la présente édition de Love in the City vise à encourager une culture du dépistage à Maurice.
Il faut savoir que le taux de dépistage volontaire est très bas à Maurice, soit moins d’un pour cent de la population. Deux raisons ont été identifiées pour expliquer une telle situation : les Mauriciens se sentent peu concernés par le virus et les services de dépistage publics nécessitent une amélioration.
Les organisateurs espèrent offrir quelque 350 tests de dépistage à cette occasion. L’exercice débutera à 10 h et se poursuivra jusqu’à 17 h. Parallèlement au dépistage, des animations, dont des jeux ludiques, contribueront à la sensibilisation. Chaque volontaire pour le test repartira avec une glace et un ballon rouge.
Pour Audrey D’Hotman de Villiers, CSR Manager de Rogers, le dépistage doit devenir une priorité nationale. « Cela vous permettra de savoir que vous allez bien et d’avoir des relations en toute connaissance de cause avec les personnes que vous aimez. »
Le test se fait en prélevant une gouttelette de sang du pouce du volontaire. L’analyse se fait sur place et le résultat est connu dans 15 minutes. Nicolas Ritter, directeur de PILS, rassure quant à la confidentialité lors cet exercice. « La sexualité fait partie de la vie, mais la vie peut aussi être mise en danger », souligne-t-il.
Selon les chiffres de l’ONUSIDA et du ministère de la Santé, il existe une moyenne de 10 000 cas de VIH à Maurice. Parmi, seuls 5 000 ont été détectés lors des dépistages volontaires. Port-Louis est la ville la plus touchée de l’océan Indien. D’où l’engagement du Lord maire Mamade Khodabaccus dans ce combat et son appel pour que les citadins fassent le dépistage.
Nicolas Ritter regrette qu’à un moment où on est sur le point de trouver une solution pour limiter les ravages du VIH à Maurice, les ONG se retrouvent avec moins de fonds. Les nouveaux guidelines de la CSR, soutient-il, ne sont pas en faveur des ONG. « Parfois, l’argent permet de sauver la vie d’une personne », rappelle-t-il.
PILS tiendra sa quête annuelle du 1er au 3 décembre. Nicolas Ritter invite les Mauriciens à apporter leur contribution. « Au-delà de l’argent, il faut montrer que les Mauriciens se sentent concernés. »