Un projet d’accord sur le transfert des prisonniers en Somalie après leur procès à Maurice est actuellement à l’étude au niveau du gouvernement mauricien. L’ambassadeur Thomas Winkler, président du groupe de travail sur les questions légales au sein du groupe de contact international sur la piraterie est actuellement à Maurice pour une série de rencontres avec les autorités mauriciennes. Il s’est entretenu hier avec le ministre des Affaires étrangères Arvin Boolell et le secrétaire permanent au bureau du Premier ministre, Mme Fong Wen Poorun.
Une session de travail a réuni hier les représentants du ministère des Affaires étrangères, de l’Attorney General, du DPP, du Commissaire de police, du Commissaire des prisons et du United Nations Office on Drugs and Crime (UNODC) pour faire le point sur le projet d’accord et les problèmes concernant sa mise en oeuvre.
L’ambassadeur Thomas Winkler, qui est accompagné du C.P. Hansen, chef du département du droit international au ministère des Affaires étrangères du Danemark, a également rencontré hier le directeur des poursuites publiques (DPP) Satyajit Boolell et l’Attorney General Yatin Varma.
Dans une déclaration à la presse à l’issue de sa rencontre avec Arvin Boolell, l’ambassadeur Thomas Winkler a affirmé que la communauté internationale représentée par le groupe de contact sur la lutte contre la piraterie au large de la Somalie a pris note de l’engagement de Maurice dans le combat contre ce fléau. « Mon rôle consiste à écouter les inquiétudes de Maurice parce qu’il y a des problèmes légitimes lorsqu’on traite de la question de piraterie. Dans le cadre de mes fonctions, je dois également conseiller et aider le pays sur la façon de surmonter ses problèmes. Nous discutons en ce moment du transfert des prisonniers après leur jugement et des pirates trouvés coupables en Somalie pour leur incarcération afin qu’il n’y ait pas trop de prisonniers condamnés pour piraterie à Maurice », a expliqué l’ambassadeur Winkler.
Le ministre des Affaires étrangères a pour sa part soutenu avoir eu une très bonne séance de travail. Arvin Boolell a souligné la volonté du gouvernement mauricien dans la lutte contre la piraterie. « Nous avons la volonté politique. Le Premier ministre Navin Ramgoolam participera prochainement à la conférence de Londres sur la piraterie. Il y aura ensuite une réunion de travail à Perth. La présence de l’ambassadeur Winkler est d’une importance vitale puisque nous discutons des questions techniques et nous apprenons de l’expérience d’autres pays. Une des questions concerne la mise en oeuvre de l’accord sur le transfert des prisonniers après leur jugement à Maurice. »
Arvin Boolell a insisté pour sa part sur toutes les précautions à prendre dans ce type d’exercice, surtout lorsqu’il s’agit du transfert de personnes.
Le projet d’accord sera également évoqué à Londres à la conférence internationale convoquée le 23 février par le Premier ministre britannique David Cameron et à laquelle participera Navin Ramgoolam. À l’agenda de la rencontre figurent les mesures immédiates pour combattre la piraterie, les questions d’ordre humanitaire, l’élargissement des mesures pacifiques et humanitaires prises dans la région, les mesures initiées au niveau subrégional et la nécessité de mettre les Al-Shab hors d’état de nuire.
Quelque 1 100 prisonniers sont actuellement éparpillés dans le monde. Des centres d’incarcération sont en construction à Punta en Somalie. La piraterie maritime au large de ce pays est devenue une activité lucrative pour les pirates. Les rançons pour libérer les navires pris en otage sont passées de US $ 150 000 en 2005 à US $ 5,4 millions en 2011.