Trouvés coupables d’acte de piraterie en haute mer en Cour intermédiaire le 14 juillet, les 12 Somaliens ont écopé de cinq ans de prison. Toutefois, une bonne partie de la sentence a déjà été servie, les magistrats statuant que les 1 265 jours qu’ils ont passés en détention à Maurice devront être déduits de leur sentence. Dans l’énoncé du jugement, les magistrats ont rappelé toutefois la « gravité » de ce délit, notant cependant qu’il n’y avait pas assez de preuves pour déterminer le degré de participation dans cette attaque avortée par les forces navales.
Les 12 Somaliens ont comparu en Cour intermédiaire ce matin pour prendre connaissance de leur sentence devant les magistrats Wendy Rangan et Azam Neerooa. La magistrate Wendy Rangan, qui a fait la lecture du verdict, a rappelé la gravité du délit dont ils ont été inculpés. Toutefois, il a été évoqué que cette attaque résulte en un “failed boarding” étant donné qu’il n’a pu être prouvé qu’il y a eu une attaque sur le MSC Jasmine, battant pavillon français, vu que le navire n’avait encouru aucun dommage et qu’il n’y avait pas eu mort d’homme. Statuant des circonstances atténuantes jouant en faveur des Somaliens, les magistrats leur ont infligé 5 ans de prison, mais ont précisé que le temps passé en détention sera déduit de leur peine. Ces derniers sont détenus en cellule à Maurice depuis 2013.
Ces Somaliens sont accusés d’avoir attaqué le MSC Jasmine à coups de feu le 5 janvier 2013 en haute mer à 240 nautiques des côtes somaliennes vers 14h10 (heure de Somalie) à bord d’un skiff. Après avoir été acquittés une première fois le 6 novembre 2014, les 12 Somaliens, qui sont âgés de 20 à 45 ans, ont dû faire face à un nouveau procès en Cour intermédiaire. Dans un jugement en appel rendu le 18 décembre dernier, les juges Ah Foon Chui Yew Cheong et Asraf Caunhye ont ordonné qu’un nouveau procès soit institué contre les 12 présumés pirates.
L’acte d’accusation se lit comme suit : « On or about the 5th day of January in the year 2013, on the high seas, around 240 nautical miles off the Somali coast (…) willfully and unlawfully committed an act of piracy, to wit an illegal act of violence for private ends by the proof of a private ship directed against the MSC Jasmine, a Panama flag merchant vessel which was proceeding from Salah/Oman to Mombasa/Kenya. » Les 12 Somaliens sont Abdoulakader Mohamed Ali, Said Mohamed Hassan, Ahmed Mohamed Isamel, Shafi Mohamed Osman, Hassan Salad Omar, Said Omar Farah, Mohamed Abdilahi Ahmed, Ali Hassan Mohamed, Abdi Mohamed Kidiye, Abdi Ahmed Yussuf, Abdillahi Mohamed Ahmed et Mahad Mohamed Ibrahim. Douze avocats, commis d’office, avaient été assignés pour les défendre.