Le procès intenté à douze Somaliens s’est poursuivi aujourd’hui devant les magistrats Azam Neerooa et Wendy Rangan avec l’audition de trois American Naval Officers qui ont participé à l’interpellation des présumés pirates en haute mer. Ces derniers devaient confirmer la thèse de piraterie.
Le procès intenté aux douze pirates somaliens  s’est poursuivi aujourd’hui avec l’audition de trois officiers de l’American Naval Force. L’officier Blake devait déclarer qu’il avait demandé les enregistrements vidéos effectués par un hélicoptère de la base américaine, du bateau où se trouvaient les pirates. Il devait confirmer, suite à une question de la poursuite, l’authenticité du DVD de cet enregistrement. Personne n’a eu accès au DVD, qui était sécurisé, dit-il. Le témoin a ensuite fourni une copie de l’enregistrement vidéo pour le visionnage.
Un autre témoin appelé à la barre, l’officier Hendricks, devait déclarer qu’il se trouvait sur le bateau qui avait interpellé les pirates et qu’un interprète se trouvait à bord. Il a déclaré qu’il avait questionné les suspects sur leur provenance, leur demandant également s’ils avaient des armes en leur possession. Selon lui, ces derniers devaient répondre qu’il n’y avait pas d’armes sur leur bateau et qu’ils se trouvaient en haute mer à la recherche d’un bateau qui avait disparu. L’officier Hendricks a déclaré en cour qu’il y avait environ une dizaine de personnes sur le bateau interpellé et qu’il y avait seulement des tonneaux et aucun outil de pêche à bord, alors que les pirates avaient déclaré n’être que de simples pêcheurs. L’officier a ajouté que ces hommes interpellés en haute mer sont sans doute des pirates vu l’emplacement où le bateau américain les a interceptés ; un emplacement où plusieurs attaques de pirates avaient été rapportées. Les magistrats Rangan et Neerooa ont décidé par la suite de renvoyer la séance à demain pour la poursuite de l’audition des témoins américains.