Le procès intenté aux présumé pirates somaliens pour Act of piracy on high seas a été une nouvelle fois renvoyé hier à l’année prochaine car un des accusés est toujours admis à l’hôpital de Rose-Belle pour un problème à l’oeil. Lors de leur comparution hier, deux présumés pirates somaliens ont informé la cour qu’ils ont été victimes de brutalités de la part des gardes-chiourmes.
Deux accusés ont déclaré hier qu’ils étaient capables d’identifier les deux gardes-chiourmes qui les auraient agressés avant leur entrée en cour. Ils ont aussi soutenu avoir subi des agressions à plusieurs reprises.
Par ailleurs, le personnel des autorités américaines sera entendu à la mi-janvier et le personnel des autorités françaises, mi-février.
S’agissant des accusations de brutalités policières, la police enquêtera auprès des gardes-chiourmes.
Pour rappel, le Directeur des poursuites publiques a ordonné des poursuites contre les 12 présumés pirates arrêtés en janvier 2013 lors d’une opération de l’European Naval force. Ils sont accusés d’act of piracy on high seas en violation des articles 3 (1) (a), 3 (3) et 7 de la Maritime Violence Act 2011. Abdoulakader Mohamed Ali (22 ans), Said Mohamed Hassan (23 ans), Ahmed Mohamed Ismael (27 ans), Shafi Mohamed Osman (22 ans), Hassan Salad Omar (25 ans), Said Omar Farah (22 ans), Mohamed Abdilahi Ahmed (45 ans), Ali Hassan Mohamed (21 ans), Abdi Mohamed Kidiye (37 ans), Abdi Ahmed Yussuf (20 ans), Abdillahi Mohamed Ahmed (24 ans) et Mahad Mohamed Ibrahim (21 ans) ont été appréhendés à environ 240 milles nautiques de la côte de la Somalie lors d’une opération de l’European Union Naval force. Les douze suspects ont cependant nié être des pirates, soutenant n’être que de simples pêcheurs.