Le procès intenté aux douze présumés pirates somaliens se poursuit en Cour intermédiaire devant les magistrats Wendy Rangan et Azam Neerooa. Après le témoignage d’un officier de la marine américaine, la séance d’aujourd’hui verra l’audition des témoins étrangers via vidéoconférence.
Les douze présumés pirates somaliens poursuivis pour « Act of piracy on high seas » ont comparu en cour intermédiaire dans la journée d’hier. Lors de la séance, la poursuite, représentée par Me Shakeel Bhoyroo, devait déclarer que les retranscriptions des procès-verbaux de l’audience du 19 février comportaient des « erreurs ». Selon lui, certains mots ont été mal retranscrits. La magistrate Wendy Rangan devait informer les deux parties que la Cour procédera à une nouvelle écoute des travaux du 19 février et que le nécessaire serait fait. Par ailleurs, un officier de la marine américaine, Alexander Ripa, avait été questionné sur son rôle lors de l’interpellation des présumés pirates en janvier 2013. Ce dernier devait expliquer qu’il avait remis un enregistrement sur CD de l’interpellation des présumés pirates aux autorités concernées. Le procès reprend aujourd’hui avec l’audition des témoins étrangers via vidéoconférence.
Pour rappel, le Directeur des poursuites publiques a ordonné des poursuites contre les présumés pirates arrêtés à environ 240 milles nautiques des côtes somaliennes. Les suspects clament toujours leur innocence, soutenant n’être que de simples pêcheurs. Il s’agit d’Abdoulakader Mohamed Ali (22 ans), Said Mohamed Hassan (23 ans), Ahmed Mohamed Ismael (27 ans), Shafi Mohamed Osman (22 ans), Hassan Salad Omar (25 ans), Said Omar Farah (22 ans), Mohamed Abdilahi Ahmed (45 ans), Ali Hassan Mohamed (21 ans), Abdi Mohamed Kidiye (37 ans), Abdi Ahmed Yussuf (20 ans), Abdillahi Mohamed Ahmed (24 ans) et Mahad Mohamed Ibrahim (21 ans).