La Platform Kont Lalwa Travay Anti-Travayer (PKLTAT) a réuni la presse au siège de la Fédération des Travailleurs Unis (FTU) en vue de commenter la situation qui prévaut au Mauritius Institute of Training and Development (MITD). Selon Deepak Benydin, le gouvernement serait incompétent à résoudre les problèmes de société.
Deepak Benydin, de la Federation of Parastatal Bodies and Other Unions (FPBOU), est d’avis qu’il y a un grand dysfonctionnement au MITD. S’agissant des allégations d’abus sexuels sur mineur et d’autres problèmes dans cet établissement, « eski gouvernman pe pran desizion ferm konsernan bann lekol kot zanfan kapav santi zot proteze ? », questionne-t-il. L’ingérence politique, d’après lui, conduira cette structure à sa perte.
Atma Shanto, pour sa part, ne comprend pas pourquoi ni le Premier ministre Navin Ramgoolam ni le ministre du Travail Shakeel Mohamed ne réagissent pas face à cette situation. De même, la mise en place d’un Fact Finding Committee au lieu de laisser la police mener une enquête sur les allégations de pédophilie, laisse le syndicat sans voix.
Intervenant à son tour, Narendranath Gopee, de la Federation of Civil Service and Other Unions (FCSOU), est d’avis que le ministre de l’Éducation Vasant Bunwaree est en train de protéger des personnes dans cette affaire, « akoz sa mem li lor la defansiv a sak fwa ki dimoun poz li kestion ». Selon lui, le jour où la police prendra ce cas en charge, « boukou latet pou tonbe ».
Par ailleurs, les syndicalistes planchent sur des mesures à mettre en place afin de redorer le blason du MITD. Ils réclament, entre autres, un changement d’appellation, en vue de « protéger l’honneur des employés de l’établissement », et de revoir la politique d’embauche au MITD pour une meilleure protection des jeunes.
Par ailleurs, le syndicat a annoncé la tenue d’une manifestation dans la cour du Plaza le 20 juillet au sujet des scandales qui secouent le MITD. Il adressera également une lettre au Premier ministre afin que la psychologue Pascale Bodet et l’ex-enseignante Sudha Singh soient réintégrées à leur poste.