Des employés affectés: « Les autorités continuent à ignorer nos doléances »

Les employés d’autobus, opérant à La Place de l’Immigration, à Port-Louis, n’en finissent pas de se plaindre. Après le problème de manque d’infrastructure, ils déplorent maintenant que le parking réservé aux compagnies d’autobus à l’Immigration est occupé par des véhicules privés. Les autobus n’ont d’autre choix que de se garer dans les rues à proximité, causant un embouteillage dans le quartier. Au niveau des autorités, selon les employés d’autobus, c’est « le silence complet ».

Ils en ont ras le bol. Les employés des compagnies d’autobus à la Gare du Nord sont « désespérés » et condamnent l’indifférence des autorités concernées, notamment le ministère des Infrastructures publiques et la municipalité de Port-Louis, par rapport à leur situation. « Malgré plusieurs plaintes, plusieurs demandes, notre voix est toujours ignorée. Nous ne comprenons pas cette attitude des autorités. Le gouvernement avait pris la décision d’installer des marchands ambulants sur notre gare et nous n’avons pas eu notre mot à dire. Par la suite, le projet est tombé. Mais, les autorités concernées n’ont jamais remis en place les infrastructures démolies pour monter la structure pour la foire. Aujourd’hui, ni les employés ni les passagers ne bénéficient des infrastructures appropriées sur la gare de l’Immigration. Il n’y a ni abribus ni de cabines pour les chefs de gare. Pire encore, les employés d’autobus n’ont aucun endroit pour s’asseoir et se reposer pendant leur pose de déjeuner », affirme Ali Mamode, syndicaliste au sein de l’Union of Bus Industry Workers (UBIW).

Il avance que les compagnies d’autobus, opérant à La Place de l’Immigration, ont déposé plusieurs plaintes à ce sujet, mais qu’aucune mesure n’a été prise jusqu’ici pour remédier à la situation. Alors que ce problème n’est toujours pas résolu, les employés d’autobus doivent faire face à un autre souci. Cette fois, il s’agit des inconvénients par rapport au parking d’autobus à La Place de l’Immigration. « Depuis que les marchands ambulants se sont installés à la Gare du Nord, les autorités avaient décrété l’espace en face du poste de police de Trou-Fanfaron comme parking pour les autobus. Or, ce sont des propriétaires de véhicules privés qui profitent pleinement de ce parking. Des automobilistes stationnent leurs véhicules à cet endroit précis sans même savoir que cet espace appartient aux compagnies d’autobus. De plus, aucune sanction n’est prise à leur égard. Par conséquent, nous nous voyons forcés de garer nos autobus dans les rues, causant souvent un embouteillage dans le quartier », indique le syndicaliste.

Ali Mamode avance que les compagnies d’autobus ne savent plus à quelle porte frapper. « Nous avons frappé à toutes les portes des autorités concernées, mais nos doléances sont carrément ignorées. Pendant ce temps, nous continuons à travailler dans l’angoisse et surtout dans des conditions peu favorables. Ce sont les passagers qui payent les conséquences, car ils n’ont pas le bus à l’heure. Nous avons enregistré plusieurs plaintes au niveau des passagers, auxquelles nous ne sommes pas insensibles, mais nous ne pouvons rien faire à ce sujet », conclut-il.