Place à la culture. Mais pas à cette culture commerçante, en espèces sonnantes et trébuchantes, où les places à des concerts se monnayent à coups de centaines de roupies. Vous vous rendez compte : un billet pour un concert coûte aujourd’hui au bas mot Rs 500, quand ce n’est pas Rs 750 ou Rs 1 000. Alors, la culture pour qui ? Assurément pas pour le peuple, mais pour une minorité de privilégiés, de « select few », qui ont les moyens de payer rubis sur ongle. Dans cet océan mercantile, un îlot, une oasis où le jazz, le séga tipik, l’expression musicale, artistique ne coûte que Rs 200 et même moins. Il s’agit de l’Institut français de Maurice où grâce à des partenariats avec des artistes locaux et étrangers, notamment africains, on assiste à de belles coproductions. Et ce, alors que le Centre Nelson Mandela, le Morne Heritage Trust Fund ont été réduits à leur simple expression, faute de boards de direction qui n’ont jamais été reconstitués et cela, tenez-vous bien !, huit mois après les dernières élections générales. De son côté, la Société de protection des droits d’auteurs se cherche toujours un comité de direction.
Dans le même temps, un archipel près de chez nous, donne l’exemple en matière de culture. Aux Seychelles, c’est l’effervescence culturelle depuis toujours et davantage aujourd’hui. Régulièrement, la population est conviée à des spectacles, à des concerts publics gratuits par les artistes seychellois, soutenus dans leurs expressions musicales, artistiques par le ministère seychellois de la Culture. Les « cultural revolution shows » aux quatre coins du pays sont une initiative des artistes seychellois, comme pour bien saluer le renouveau culturel en cours dans l’archipel. Il y a une reconnaissance de fait qui s’exprime envers les artistes passés et présents. Une « walk of fame » leur est consacrée. Demain, un stade à Victoria dédié à la musique, à toutes les musiques, accueillera la cérémonie d’ouverture de la 30e édition du Festival Kreol qui bénéficiera pour l’occasion d’un cachet particulier. Un moment privilégié où les artistes des Seychelles et du monde créolophone, qui va de l’espace créolophone du sud-ouest de l’océan Indien à celui de la Caraïbe, célébreront la créolité.
Il est évident que la culture et le tourisme se conjuguent aujourd’hui à tous les temps aux Seychelles. En effet, depuis que le tourisme et la culture ont été réunis dans un même ministère, dans une même vocation, on assiste à une synergie et à une interfécondation entre les deux. La culture seychelloise est mise en valeur comme jamais auparavant. L’Assomption, fête nationale seychelloise, était célébrée avec faste sur l’île de La Digue en présence de nombre de touristes et de la population seychelloise. De même, Praslin accueille une fiesta culinaire qui en est à sa deuxième édition. À l’occasion de cette fête de l’Assomption, le ministre seychellois du tourisme et de la culture, M. Alain St. Ange a fait ressortir que les expressions religieuses étaient partie intégrante de la culture seychelloise et que les Seychellois étaient particulièrement fiers de leur culture plurielle qui les amène chaque année à célébrer l’Afrique, l’Asie et l’Europe.
Le dernier numéro de Kreol, (no.13), magazine édité à Londres, rend hommage à ce multiculturalislme seychellois si palpitant : « Carnaval is a celebration of culture that takes place throughout the creole world each year. Honoring multiculturalism and unity, the Seychelles carnival is growing in prominence. When Seychelles was first settled, the islands brought together people of multiple backgrounds in one place. These original founders of the modern nation came from a blend of ethnic and racial backgrounds, with each group bringing different customs and ways of life into a common area. Today, the spirit of multiculturalism and unity in Seychelles is a direct result of how those people came together in a melting pot to create a vibrant society that celebrates its multiculturalism with pride, while honouring the spirit of unity that binds the Seychellois to this day.?For the fifth consecutive year, Seychelles celebrated its heritage and culture with the annual Carnaval International de Victoria. Held from April 24 to April 26, 2015, the event was a three-day celebration of the nation’s diversity and the coming together of its people. »