“C’est le rêve de tout Mauricien et de surcroît de tout jeune couple d’être propriétaire de sa propre maison”. C’est dans le cadre idyllique de Pointe-aux-Biches qu’Arnaud D’Abbadie, Property Development Manager chez Know-House, nous a rencontrés, pour parler du secteur immobilier, du néo-tourisme et de la plage… bleue.
Le secteur de l’immobilier est en plein essor et le Mauricien est prêt à investir. C’est le constat de notre interlocuteur Arnaud D’Abbadie. Plage Bleue, un des projets d’appartement pieds dans l’eau de l’entreprise Know-House existe depuis quatre ans. D’une superficie de 140 à 200 m2 l’unité, l’appartement haut de gamme — produit signé DLB construction — est entièrement meublé et répond à la demande de l’habitant.”Nous nous adaptons au marché, et surtout à la demande du client”, explique ce dernier. En effet, tout y est, de la terrasse sans vis-à-vis avec vue sur mer, à la buanderie très pratique, le complexe allie fonctionnalité et esthétique.
“Chez les Mauriciens, nous notons un engouement pour les projets en copropriété, style duplex ou appartements, qui n’était pas le cas il y a quelques années. Mais ces appartements ou duplex doivent avoir des spécifications très précises ; pas très dense avec une vingtaine d’appartements au maximum, et des espaces verts avec petit jardin. Sur nos projets, nous vendons tout d’abord l’espace extérieur, nous sommes à Maurice, et il est important de profiter du soleil et de la mer. Nous offrons généralement de très grandes terrasses ainsi que sur certains projets une piscine privée sur la terrasse ou parfois, jacuzzi d’extérieur”,explique Arnaud D’abbadie.
C’est surtout le côté locatif qui est mis en avant dans ce projet. “C’est-à-dire que le client qui achète une unité devient automatiquement propriétaire. Mais il n’achète pas nécessairement l’appartement pour y vivre, mais pour le louer à d’autres personnes pour quelques jours”, ajoute-t-il. Une tendance qui monte en flèche. Pourquoi ? “Il y a un type de tourisme qui se développe. C’est le ‘self-catering tourism’”, dit-il. Ainsi, le touriste qui revient à Maurice préfère louer un appartement pour quelques jours. “Les chiffres montrent qu’il y a beaucoup de ‘returning tourists’. Ces derniers ayant déjà visité le pays, préfèrent louer leur propre appartement, cuisiner pour eux, et vivre comme un vrai Mauricien”, explique Arnaud D’Abbadie. La majorité des acquéreurs viennent de France, d’Afrique du Sud et d’Angleterre.
Un type de néo-tourisme axé sur la proximité et qui profite au secteur de l’immobilier. Toujours selon notre interlocuteur, “le marché immobilier résidentiel est influencé par une série de facteurs, notamment le contexte économique, l’évolution du Repo Rate de la Banque de Maurice (qui a un impact direct sur les taux des prêts immobiliers), les incitations budgétaires et ‘Property Scheme’s du gouvernement, les changements démographiques et le coût de propriété par rapport au coût de location. La demande des ressortissants étrangers exerce aussi une pression sur le marché. En 2016, 5% des personnes travaillant à Maurice étaient des étrangers. De plus, 71% du Foreign Direct Investment (FDI) reçu par Maurice entre janvier et septembre 2016 était focalisé sur des activités liées à l’immobilier”.
Par ailleurs, Plage Bleue, ou encore O’sables — projet pieds dans l’eau de Know-House à partir de Rs 5,6 millions — plaisent aux Mauriciens qui investissent gros pour y vivre ou pour permettre aux autres d’y vivre. “Nous avons également d’autres complexes immobiliers dans d’autres régions de l’île, toujours à proximité de la mer. Par ailleurs, nous recevons de plus en plus de jeunes couples qui achètent des biens immobiliers. Ils recherchent ce côté très convivial, très mauricien des appartements que nous proposons”, explique Arnaud D’Abbadie. Et d’ajouter, “nous avons eu la chance d’être complètement ‘Sold out’ sur la majorité de nos projets avant même de commencer la construction”.