C’est dans une indifférence quasi totale que le travailleur social et porte-parole du Forum des citoyens libres, Georges Ah-Yan, a animé hier après-midi un meeting à la Place Bazar, à Mahébourg. Abordant ses thèmes favoris, notamment l’accaparement des plages publiques, le Mahébourgeois a signifié son intention d’intensifier sa campagne de dénonciation contre le projet hôtelier du groupe Currimjee Jeewanjee à La Cambuse.
D’entrée en matière, tout en évoquant sa campagne contre le projet de La Cambuse Resort, Georges Ah-Yan a affirmé qu’il n’est pas contre les projets de développement dans le Sud. « Ena pe dir ki Georges Ah-Yan kont devlopman dan landrwa. Kouma mo kapav kont devlopman ? Deza kan pran dimounn dan laeropor se bann dimounn ki sorti ayer ki zot pran. Le Forum des citoyens libres pa kont devlopman, me nou kont lakaparman de nou laplaz piblik », a-t-il déclaré devant quelques badauds s’étant arrêtés pour l’écouter. « Zot pran nou laplaz pou zot touris, zot zet nou, morisien, dan kann, par derier », s’est-il indigné.
Georges Ah-Yan affirme que le problème « s’est aggravé » lorsque le FCL a appris que non seulement le projet hôtelier entraînera l’accaparement des plages publiques, mais affectera aussi l’environnement. « Ala ki nou al aprann ki non selma zot pran nou laplaz, me ki aster zot pe met park marin Blue-Bay an danze ek zot pe anpiet lor marekaz Mare-aux-Songes, ki enn trezor, bann scientifik dir », a-t-il expliqué.
Le travailleur social s’est dit d’autant plus « en colère » que le Manager de Currimjee Hospitality Management Ltd, Dinesh Burrenchobay, a, dans une interview de presse, « menacé de poursuite judiciaire quiconque insinuerait que sa compagnie s’approprie la plage publique et porte atteinte à l’environnement ». « Zot pe menas nou, zot pe oule pourswiv nou, me nou pa per parski nou ena rezon, nou pe defann nou drwa. Nou pa kapav res lebra krwaze », a-t-il affirmé.
L’orateur a, dans ce contexte, dénoncé certains habitants de Mahébourg et des villages avoisinants qui ont pris fait et cause pour le projet hôtelier. « Fer onte. Ena dimounn ki kapav vann zot liberte, zot dinite, pou kelke sou. » Il a alors pris à partie le vice-Premier ministre et ministre du Logement et des Terres, Showkutally Soodhun, qui a déclaré qu’il était disposé à donner plus de plages publiques pour le développement. « Ena dimounn aplodi. Mo gagn sok mo tann sa », s’est-il indigné. « Mo regrete ki mo pa finn eli dan eleksion zeneral desam 2014… Mo ti pou ena boukou kestion pou poz minis-la. »
Georges Ah-Yan a ensuite donné des détails sur des démarches légales que le Forum des citoyens libres a entreprises dans le cadre de son combat contre le projet hôtelier. « Nou finn gagn boukou ti viktwar ek nou ena konfians ki nou pou gagn batay final-la, parski nou ena rezon. »
Le travailleur social a aussi annoncé une intensification de sa campagne contre l’accaparement des plages publiques et contre le projet hôtelier à La Cambuse. « Nou pou fer meeting de vilaz an vilaz ziska ki dimounn kopran nou mesaz ». Plusieurs autres travailleurs sociaux ont également pris la parole, dont Jack Alexandre, de Trou-aux-Biches, et Danibsai Guddoye, de Grand-Baie.