Jean-Pierre Sauzier

Jean-Pierre Sauzier (CEO) : « Nous assumons notre responsabilité et Grey Mauritius devra assumer les siennes ».

Le Comité organisateur des Jeux des Iles de l’océan Indien (COJI) se retrouve, malgré lui, dans une situation délicate depuis dimanche dernier. Et pour cause. L’agence Grey Mauritius, à qui le COJI a confié sa campagne de communication pour mettre en valeur l’organisation des 10es JIOI à Maurice, a été pointée du doigt pour une allégation de «plagiat». Contacté hier matin de Rodrigues, où il était en mission, le Chief Executive Officer, Jean-Pierre Sauzier, a déclaré que cette affaire a mis le COJI dans l’embarras à deux mois des Jeux. Une décision sera prise cette semaine suivant un avis légal.

L’affaire a éclaté dimanche dernier, après que des similitudes criantes ont été notées par rapport à deux spots publicitaires réalisés par Grey Mauritius. Le premier qui est intitulé «Un océan en partage» comporte des plans de caméras qui ressemblent à ceux de la campagne publicitaire des Jeux olympiques de 2016, à Rio au Brésil. Le second, soit «Soutenons Maurice pour les JIOI 2019» présente des similitudes, avec une campagne d’un grand équipementier.

Ainsi, depuis dimanche dernier, le COJI a été informé de la situation d’où la tenue, apprenons-nous, d’une série de rencontres qui ont démarré dès lundi dernier. Selon Jean-Pierre Sauzier, cette réunion d’urgence s’est tenue en présence des membres du bureau du

COJI, dont son président, le ministre de la Jeunesse et des Sports, Stephan Toussaint. Il explique que l’agence Grey Mauritius a été appelée à s’expliquer sur cette affaire. «Nous avons pris connaissance de ce problème dimanche et nous avons convoqué l’agence. Nous avons posé nos questions et Grey Mauritius a donné des réponses que je ne peux malheureusement pas communiquer», déclare-t-il.

Dans la foulée, Jean-Pierre Sauzier affirme que le COJI a cherché un avis légal sur la question pour voir quel pourrait être les conséquences de cette situation à laquelle il ne s’attendait certainement pas à l’approche des Jeux. «Nous avons eu l’occasion de visionner les spots publicitaires qui sont pointés du doigt et nous avons constaté qu’il y a d’énormes ressemblances avec d’autres spots qui ont été évoqués», fait-il remarquer.

Le COJI embarrassé

Quant à savoir si cette situation n’a pas mis le COJI dans l’embarras, Jean-Pierre Sauzier déclare: «Bien sûr que cette situation a mis le COJI dans l’embarras. Nous avons engagé une agence professionnelle pour prendre en charge toute la communication sur le plan digital, la radio et la télévision, entre autres. À aucun moment, on aurait pensé qu’il pourrait y avoir des similitudes et des ressemblances avec d’autres spots publicitaires. » Il ajoute que le COJI ne pouvait quand même pas vérifier toutes les vidéos, liées aux Jeux olympiques ou autres manifestations sportives.

À partir de là, précise Jean-Pierre Sauzier, chacun doit prendre ses responsabilités. «Le COJI assume ses responsabilités et Grey Mauritius devra assumer les siennes. L’agence est libre de communiquer officielle- ment son appréciation par rapport à la situation. De notre côté, nous avons déjà émis un communiqué par rapport à cette affaire. Le COJI fera connaître sa décision officielle au courant de la semaine», fait-il ressortir.

Par ailleurs, Jean-Pierre Sauzier a confirmé à Week-End que l’agence Grey Mauritius a été payée à hauteur de Rs 18M, pour tout ce qui est communication externe, soit digitale et spots publicitaires à la radio et à la télévision, entre autres. Il était aussi prévu que la communication se fasse dans les autres îles participant aux 10es JIOI. Malheureusement, cette affaire de «plagiat allégué» est venue tout remettre en question.