Le leader de l’Alliance Lepep, Sir Anerood Jugnauth, a mis la population face à ses responsabilités en lui demandant « si ou le les sa pei-la kontinye pouri ? ». Intervenant à son tour à Plaine-des-Papayes hier soir, Vishnu Lutchmeenaraidoo a quant à lui estimé que le tandem Ramgoolam-Bérenger avait « oublié » que « la voix du peuple est la voix de Dieu ». Galvanisés par l’assistance présente lors du grand meeting national qui s’est tenu la veille, les différents orateurs ont, tour à tour, exprimé leur confiance en « une grande victoire » lors du scrutin.
« Nous avons tous une grande responsabilité, nous, dirigeants de l’Alliance Lepep, mais aussi les candidats et, vous, la population. Nou bizin kone ki kalite pei nou oule a lavenir, ki lavenir pour nou ban zanfan et ki manyer dimoune pou viv isi », a lancé hier Sir Anerood Jugnauth. Et de demander aussitôt à la population « si elle veut que la fraude et la corrruption continuent dans le pays et que se poursuive la politique des petits copains au nom de la démocratisation de l’économie, e fer ou pass mizer pou anrisi enn pwagne dimoune ? » Selon lui, un Premier ministre est « comme un père » pour la nation, demandant ensuite : « Ramgoolam a-t-il donné le bon exemple ? » Et les partisans de l’Alliance Lepep de répondre à l’unisson : « Non ! »
S’agissant du problème du chômage, que Navin Ramgoolam a dit vouloir « anreye aster », SAJ estime « ki pa ti bizin ena somer dan pei depi 2005 » avant de demander au Premier ministre sortant :« Ki fe to fin less somer dan pei pou zordi to vin anrey li ? To pe bizin zot vot aster. »
Même constat du côté de Vishnu Lutchmeenaraidoo, qui estime le pays « en danger ». Il reprend : « Ce n’est pas un combat facile, malgré le courage de sir Anerood. J’en conclus donc qu’il nous faut une bénédiction pour pouvoir sauver le pays au moment où il entre dans un trou », a-t-il dit, avant d’ajouter que Navin Ramgoolam et Paul Bérenger ont « décidé qu’ils avaient déjà remporté les élections » mais qu’ils ont « oublié que nous n’avions pas encore voté ».
Prakash Maunthrooa a, lui, critiqué le choix de ses adversaires directs d’avoir tenu leur rassemblement Place du Quai, soit « non loin de l’endroit où des Mauriciens ont trouvé la mort » lors des inondations de mars 2013. Selon lui, vu le nombre de personnes s’étant déplacées à Vacoas, « cela constitue un signal bien fort que nous avons envoyé ». Commentant aussi l’une des mesures de l’alliance PTr/MMM quant à la fourniture d’eau 24/24h et 7/7 jours, l’intervenant considère qu’il s’agit d’un « own goal » que Ramgoolam a marqué contre son équipe. « Pandan diss banane pa finn kapav fer sa. Asterla ki li pou fer sa ? » s’est-il écrié. Enchaînant avec la construction de routes « ayant coûté des milliards de roupies » et le « projet de métro léger », Prakash Maunthrooa a demandé à la foule si telles étaient leurs priorités ou si c’était plutôt « d’avoir de l’eau ».
Raouf Gulbul, candidat de l’Alliance Lepep au No 3, a une nouvelle fois fait le déplacement pour participer à un rassemblement dans la circonscription. Selon lui, le No 7 va « une nouvelle fois faire élire sir Anerood Jugnauth » comme Premier ministre. « Partou a traver Moris inn vire mam. Dimounn pe dir nounn asse ek gouvernman Ramgoolam. Sanzman pe vini », a-t-il déclaré. Il s’en est ensuite pris à Paul Bérenger, qu’il a qualifié « d’ingrat » car, dit-il, « c’est grâce à SAJ qu’il a pu accéder au poste de Premier ministre ». Et d’ajouter que la coalition PTr/MMM « n’est qu’une alliance entre deux personnes », estimant dès lors que « la population va dire non » à leur projet de IIe République, lequel « dirigera le pays vers l’abîme kot pa pou ena stabilite ».
Le colistier de Vishnu Luchmeenaraidoo et SAJ au No 7, Ravi Rutnah, a ensuite invité Navin Ramgoolam à « se préparer à quitter la Clarisse House ». Il a vivement critiqué les trois candidats de l’alliance PTr/MMM qui, selon lui, « ne vont pas pouvoir rivaliser » avec eux. « En désespoir de cause, ils font du porte-à-porte pour solliciter les votes de l’électorat », poursuit le candidat de l’Alliance Lepep. A noter que le congrès d’hier était présidé par Ravi Yerrigadoo.