Le VPM et ministre des Infrastructures publiques Anil Bachoo a fait une sortie d’une rare violence contre les journalistes hier, allant jusqu’à les traiter de « zanimo » et de « malades mentaux ». Il devait s’excuser par la suite pour affirmer que « mes paroles ont dépassé mes pensées ».
Le VPM Anil Bachoo, qui était accompagné du ministre des Administrations régionales Hervé Aimée, qui commentait un sondage paru dans la presse, a lancé : « Bannla ki vote mwa ? Sa 2-3 misie…. Ena ki pa finn pass Senior ladan. A par koumans ekrir franse koumans ziz bann dimounn. »
« Ki drwa moral zot ena po pass zizman ki minis pe fer ? Ramgoolam e piblik qui ena sa », a lancé le ministre.
« Se trist manier zot detrip dimounn. Dimounn tonbe zot pile mem lor li. Mo prie bondie donn sa bann zanimo-la inpe lespri pou zot koumans konpran ki tou dimounn ena santiman. Pa fer seki zot pe fer. Mo kone ki mo pe koze kan mo koz are zot ».
« Gramatin kan lir zournal ki arive sa. Fer dimounn konpran so gouvernman inn fini nanyen pa finn fer », a poursuivi Anil Bachoo. Il a expliqué que des travaux sont en cours en vue de couper une montagne pour créer un chemin même si les consultants n’ont pas réalisé, selon lui, le glissement de terrain que cela a créé. « Pale zour zot. Bondie pann donn zot lespri sa bann malad mantal. Zot pa kone ki kan ena landslide pas kapav fer gran kitsoz », a ajouté le ministre.
Après la diffusion de cette déclaration par Radio Plus, le ministre a téléphoné à la radio pour présenter ses excuses. « Mo panse ki mo parol inn depass mo panse e mo propo zot inpe for. Si sertin kamarad santi zot touche mo retir mo propo e prezant mo ekskiz ». Il devait expliquer qu’étant donné les circonstances et la situation « ti ena inpe too much ». « C’est pourquoi j’ai utilisé un tel mot, sinon il n’est pas dans mes habitudes de hausser le ton ».
Malgré les excuses d’Anil Bachoo, sa déclaration a provoqué de vives réactions dans le pays.
Steve Obeegadoo, secrétaire général du MMM, affirme que son parti condamne vigoureusement « la déclaration sans précédent et totalement inacceptable d’un VPM, et qui indique les vrais sentiments d’un gouvernement qui soit disant respecte la liberté de la presse et son indépendance. Jamais des propos pareils ne sont sortis de la bouche d’un VPM ». Ces propos, estime-t-il, reflètent également l’état d’esprit prévalant au niveau du gouvernement et il en a voulu pour preuve la réponse du Premier ministre à une question parlementaire sur le rapport Robertson. Steve Obeegadoo estime par ailleurs que tout cela est symptomatique d’un signe de panique indiquant que « la fin est proche ».