Serge Baptiste, un vigile âgé de 65 ans employé par une compagnie de sécurité, s’est fait agresser vendredi par des employés de l’usine où il est affecté. L’agression serait un règlement de comptes, le vigile ayant précédemment rapporté un employé qui avait tenté de perpétrer un vol au préjudice de la compagnie.
Selon son témoignage au Mauricien, la victime aurait récemment surpris un employé de l’usine en train de tenter d’emporter 15 bouteilles de boissons alcoolisées. Le cas a été directement rapporté à la direction, qui a choisi d’initier une enquête interne au lieu de consigner une déposition en bonne et due forme à la police.
Cette intervention du vigile aurait ainsi débouché sur un véritable règlement de comptes. « Vendredi gramatin enn travayer vinn get mwa pou dir mwa ki “ena dimounn pou bat twa, fer attention !” » raconte Serge Baptiste. Sur le coup il ne devait pas prendre véritablement au sérieux cet avertissement. Mais dans l’après-midi, vers 16 h 40, il devait être passé à tabac par un groupe d’employés. Serge Baptiste dit avoir reçu plusieurs coups au bras droit et ajoute qu’une somme de Rs 2 000, se trouvant dans sa poche, a été emportée. Cependant, selon lui, sa dénonciation du vol n’est pas le seul motif de cette agression ; il serait également question de différends d’ordre politique avec ses agresseurs.
Serge Baptiste a consigné une déposition aux Lines Barracks mais allègue que son principal agresseur, l’auteur de la tentative de vol, n’a pas été inquiété jusqu’ici par les autorités. « Monn fini donn mo full lanket, kouma kapav ki mo agresseur ankor pe travay ek marsé trankil zordi ? » s’interroge-t-il.