Le leader du Front Solidarité Mauricien s’est dit satisfait du nombre de personnes présentes hier à Plaine-Verte au rassemblement de son parti. À cette occasion, Cehl Meeah a organisé un vote à l’intention de ses partisans pour décider si le FSM rejoindra le pouvoir ou l’alliance de l’opposition. Il a soutenu qu’il ne s’alliera pas à un parti « ki ena taper ou VOH ». Un appel a aussi été lancé pour la tenue des élections municipales dans les plus brefs délais.
Le Front Solidarité Mauricien (FSM) a organisé son meeting du 1er mai hier à Plaine-Verte durant lequel son leader a réitéré son engagement à ses partisans et la classe des travailleurs. Acclamé à son arrivée par des partisans vêtus de vert, Cehl Meeah était entouré de plusieurs invités, dont Siddick Chady et le leader du Mouvement authentique mauricien (MAM) Eliézer François. Une pétition a été circulée pour demander la réouverture de l’enquête de l’affaire L’amicale.
« Pou mwa bann seki la zot de milliers fwa plis parseki personn pann pay zot pou vini. Zot pann vini pou gagn briani ou t-shirt gratuit. Transpor gratis nanie zot pann gagne. Zot la parseki zot envi la verite », a lancé le député de la circonscription Port-Louis Maritime/Port-Louis-Est (No 3).
Cehl Meeah a soutenu que son parti ne fait pas de la politique partisane et travaille pour les minorités. Il a lancé un appel aux petits partis et forces vives à travailler de concert avec le FSM pour le pays. Il souhaite ainsi instituer une fédération avec des travailleurs sociaux et ceux qui « veulent travailler dans la moralité » en vue de combattre la misère.
« Ou kone komie kass Navin Ramgoolam ena ? Komie later l’etat li posede ? Ou kone comie kass Xavier Duval, Rajesh Jeetah, Paul Bérenger ek sir Anerood Jugnauth ena ? » a demandé le leader du FSM. Et d’ajouter : « Dan Vacoas ena bann capitalis degize. » Certains, a-t-il avancé, se permettent d’acheter des voitures vendues à Rs 18 millions l’unité alors que le peuple parvient difficilement à se nourrir.
Le député du n° 3 a déclaré que le Parti travailliste-Parti mauricien social démocrate (Ptr-PMSD) et le Mouvement militant mauricien-Mouvement socialiste militant (MMM-MSM) ne font que se chamailler entre eux et perdent de vue la misère des Mauriciens. « Ou ki la ou pann vini pou tann palab », a dit Cehl Meeah.
Le leader du FSM a fait état du dernier rapport de l’International Labour Organization qui dresse, selon lui, un tableau noir sur le chômage. Maurice, a expliqué Cehl Meeah, n’est pas immunisée contre ce problème. Il a déclaré que les emplois d’environ 4 000 personnes dans le secteur du textile sont menacés. Il a aussi demandé au Premier ministre d’organiser au plus vite les municipales, l’administration de Port-Louis « vivant dans l’illégalité ».
Le député du No 3 a rappelé que la Banque mondiale avait averti Maurice que le taux de croissance pourrait chuter à 1,7 %. Cehl Meeah a aussi dit pouvoir attirer des investisseurs du monde arabe et trouver du pétrole à moins cher pour relancer notre économie.
Le leader des verts a déclaré avoir plein d’idées mais qu’il devra faire un choix concernant l’avenir de son parti. Cehl Meeah a ainsi demandé à ses partisans de décider à travers un vote si le FSM doit s’allier à Navin Ramgoolam ou à Paul Bérenger ou rester seul. Les résultats seront connus prochainement.
« Mo pou dakor pou al dan enn lalians si ladan pe protez linteret minorite ek dimoun mizer », a déclaré Cehl Meeah précisant que cette alliance devra respecter son électorat et entreprendre une réforme électorale tout en conservant le Best Loser System. Le député No 3 a ajouté qu’il n’intégrera pas une alliance « ki ena taper ou VOH ». Il a également salué son conseil légal Me Raouf Gulbul à la fin de son intervention et l’a invité sur l’estrade.
Eliézer François a quant à lui déclaré que le FSM marque une étape importante de l’histoire politique de Maurice. Le leader du MAM a soutenu avoir immédiatement accepté l’invitation de Cehl Meeah à intervenir lors du rassemblement d’hier. Plaine-Verte et Roche-Bois, a-t-il ajouté, doivent marcher côte à côte vers le développement.
Le leader du MAM a aussi évoqué le Best Loser System. « Il ne faut pas enlever la représentativité politique des minorités au Parlement », a expliqué Eliézer François précisant que « ou pa kapav permett ki Sik Yuen dir li best loser creol, aster li minis pou la kominote sinoi ? » Selon lui, Paul Bérenger n’agit pas en vrai leader de l’opposition en boycottant l’Assemblée nationale. « Li pou pran lapey et li pa pou al fer so travay. »