Le Premier ministre a procédé hier soir à l’inauguration de la Mahmoodkhan Hyderkhan Mediclinic, nouveau centre de santé au coût de Rs 100 M, à Plaine-Verte. Élaborant sur les facilités qui y seront mises à la disposition des habitants de la région et des régions limitrophes, ainsi que sur les avantages d’avoir un service de santé gratuit, Navin Ramgoolam a exhorté le public présent à « aret pran bann zafer pou acquis ek fer gaspiyaz ». « Larzan li pa tonb di siel », soutient-il.
En dépit du mauvais temps hier, c’est par des pétarades et le son du tambour que le Premier ministre a été accueilli à Plaine-Verte. Navin Ramgoolam s’est lui-même dit étonné de voir cette foule. Les ministres Lormus Bundhoo, Shakeel Mohamed, Rashid Beebeejaun, Arvin Boolell, Cader Sayed Hossen étaient également présents à l’inauguration du nouveau centre de santé. Lors de son discours, le PM a rappelé que trente de cela, son père Sir Seewoosagur Ramgoolam avait construit le Centre Idris Goomany. « Se enn sant ki pe servi dimoun ziska zordi », a-t-il soutenu. Parlant de la nouvelle clinique, le PM a fait ressortir qu’elle pourra accueillir 150 patients par jour et offrir des soins curatifs et préventifs. Il n’a pas manqué de démentir des rumeurs attribuées à l’opposition et selon lesquelles le centre serait utilisé pour la distribution de méthadone. « C’est tout à fait faux », dit le chef du gouvernement, qui a déploré l’attitude de l’opposition. « Kan enn proze pre pou pare, lerla zot poz kestion, apre zot dir zot ki finn met presyon pou », soutient Navin Ramgoolam. « L’opposition peut poser autant de question qu’elle veut mais c’est le gouvernement qui agit ».
Le Premier ministre affirme qu’avec un budget limité, le gouvernement « a fait le choix de vous offrir cette mediclinic ». Faisant allusion aux pays où des services tels que la santé et l’éducation ne sont pas gratuits, il a exhorté la population à faire bon usage de ce qu’elle a et à le préserver. « Nou bizin aret pran bann zafer pou acquis ek fer gaspiyaz. Larzan li pa tonb di siel ». Il affirme que lui-même éteint les lumières à chaque fois qu’il quitte son bureau. « Mo pa bizin atann enn dimoun fer li pou mwa, mo ena lame, moi ». Navin Ramgoolam devait aussi lancer un appel pour un changement de mentalité. « Dans la vie, nous devons savoir ce que nous voulons, nous avons le choix de rester un Third World Country ou de devenir comme les pays développés ». Revenant sur les services gratuits offerts à Maurice, il a fait ressortir que l’éducation gratuite a permis à beaucoup de filles d’aller à l’école. « Zordi bann tifi pe fer pli bien dan tou zafer ». Navin Ramgoolam a ainsi souligné l’importance des femmes au gouvernement. « Vote madam, zot ena la force zot pa kone », a-t-il déclaré, ajoutant que « pei entier bizin bouze pou kav fer kitsoz ».
Lors de son discours, le PM a aussi rendu hommage au Dr Mahmoodkhan Hyderkhan, « une personne avec une très grande discipline » et qui est également travailleur social. « Mo mem mo ti rod fer li vinn enn kandida me li ti kontan fer travay sosyal ».
Le neveu du Dr Mahmoodkhan Hyderkhan, l’avocat Nadeem Hyderkhan, a également rendu hommage à ce dernier et remercié le gouvernement pour cet honneur accordé à sa famille. Le Premier ministre a ensuite procédé à l’inauguration de la clinique, avant une visite guidée des lieux. Interrogé à sa sortie par la presse sur un éventuel rapprochement entre le Parti travailliste et le Mouvement militant mauricien, Navin Ramgoolam devait déclarer : « Mo kamarad Paul inn fini reponn sa question la ».
La Mahmoodkhan Hyderkhan Mediclinic, située à la Rue Nyon, à l’arrière de l’école Notre Dame de la Paix, s’étend sur une superficie de 2 835,5 m2. Elle offrira ses services aux habitants de la localité, entre autres Cité-Martial, St-François-Xavier, la Paix Street et Étienne Pellereau : family planning, maternal and child health, non communicable diseases, gynaecology et pediatrics, entre autres. Une somme de Rs 100 M a été déboursée pour la construction du bâtiment.