Le leader du Mouvement Patriotique, Alan Ganoo, estime que le procès constitutionnel logé par Rezistans ek Alternativ a duré assez longtemps et qu’il faut une décision finale « une fois pour toutes », afin que l’électorat sache ce qui se passera aux prochaines législatives. « C’est lié à la question de choix des candidats au Best Loser System », dit-il.

« Le MP s’est réjoui d’apprendre que le chef juge allait donner priorité à cette affaire, qui touche la population générale en entier. C’est lié à la question du choix des candidats au Best Loser System », affirme Alan Ganoo.

Ce dernier estime qu’il est « plus urgent que jamais » que « l’électorat sache ce qui va se passer, car il ne reste que quelques mois ».

Il poursuit : « Mo mem plisier fwa monn finn poz kestion dan Parlman lor ki solisyon gouvernma ena. Eski tou kandida pou oblize deklar zot kominote ou pou ena enn amendman ? » Alan Ganoo a aussi commenté la motion de l’État pour que le chef juge se retire dans cette affaire. « Zordi Letat pe vinn dir si sef ziz inn deza pronons li, bizin retir li. Se domaz. Mo espere sa pa pou retard le soz. Nou souaite ki le prose fini enn fwa pou tout », dit-il.

Alan Ganoo est par ailleurs revenu sur l’avis consultatif de la Cour internationale de justice de La Haye concernant le dossier Chagos.

« Même en cas d’un avis consultatif favorable, les choses ne vont pas changer car cet avis n’a pas la même valeur qu’un jugement d’un Conseil de sécurité, qui est obligatoire », dit-il.

Le gouvernement, fait-il ressortir, n’avait donc pas d’autre choix que d’envoyer une deuxième résolution pour rendre effectif ledit avis. Alan Ganoo dit en outre déplorer l’attitude de la Grande-Bretagne.

« C’est un affront vis-à-vis de la cour de La Haye et un manque de respect vis-à-vis du continent africain », poursuit-il. Le leader du MP estime qu’il n’y a « pas d’autre moyen pour convaincre le gouvernement britannique » de rendre les Chagos à Maurice.

Le MP a par ailleurs critiqué les suggestions de l’Economic Development Board, qui visent, selon lui, « à contourner les “EIA Appeals” et toutes autres actions judiciaires » pour des projets nationaux. « Le MP estime que cela donnera lieu à des abus et à un manque de contrôle inquiétant. » Et de lancer un appel au Premier ministre pour « ne pas tomber dans cette démarche ».