La plainte constitutionnelle du PMSD, contestant la nomination de Sir Anerood Jugnauth en tant que Minister Mentor après que ce dernier a cédé sa place de Premier ministre à Pravind Jugnauth, a été appelée ce matin devant le Master and Registrar de la Cour suprême, Shameem Hamuth Laulloo. Les bleus, qui avaient été appelés à donner plus de précisions sur leur plainte, avaient déposé un document en ce sens par le biais de l’avoué Manoj Appadoo, et ce pour répondre à la requête de SAJ. L’État a obtenu un renvoi pour soumettre sa défense. L’affaire sera de nouveau appelée le 11 juillet.
La plainte logée par Patrice Armance, député du PMSD, et par un électeur de la circonscription de SAJ, Sachidhanand Reekhaye, sera de nouveau appelée en Cour suprême le 11 juillet. Lors d’une précédente audience, l’avoué Manoj Appadoo avait déposé un document en réponse aux précisions réclamées par sir Anerood Jugnauth. Ce dernier ainsi que les co-défendeurs voulaient savoir quels sont les articles de la Constitution que les bleus estiment qu’ils ont enfreint. Le PMSD a ainsi répliqué qu’il s’agissait des articles 1, 59 (3) et 60 (3) de la Constitution.
Les plaignants réclament dans leur plainte que la cour décrète le poste de sir Anerood Jugnauth vacant vu qu’il a démissionné comme Premier ministre. Selon eux, il « ne devrait plus siéger » à l’Assemblée nationale après sa démission en tant que Premier ministre. Ils ajoutent que sa nomination comme ministre Mentor, ministre de Rodrigues et de la Défense est « anticonstitutionnelle ».
Selon les plaignants, sir Anerood Jugnauth a commis « une violation de la Constitution » en clamant qu’il est toujours membre du Parlement et en restant au sein du cabinet ministériel, et ce malgré le fait qu’il a soumis sa démission en tant que Premier ministre. Ils soutiennent que sir Anerood Jugnauth aurait dû démissionner en tant que membre du Parlement pour la circonscription No 7, se basant ainsi sur l’article 60 (3) de la Constitution. La plainte a été rédigée par l’avoué Manoj Appadoo, soutenu par un panel légal composé de Me Kushal Lobine, d’Assad Peeroo, de Rouben Mooroongapillay, de Vikash Teeluckdharry et d’Adrien Duval.