Interdit d’opérer à l’Ile-aux-Cerfs, il dénonce « la politique de deux poids, deux mesures » de la Tourism Authority

Le litige entre les plaisanciers et les autorités sur les points d’embarcation a pris une nouvelle tournure hier avec la grève de la faim de Jonathan Dardenne. Selon les plaisanciers, le nouveau règlement de la Tourism Authority affecte considérablement leurs activités. Toutefois, ils se demandent comment un proche du gouvernement, basé à Grande-Rivière-Sud-Est, a été autorisé à opérer hors de sa base. Une plainte à l’ICAC est aussi prévue.

Pour Prem Beerbul, porte-parole des plaisanciers de l’est, la Tourism Authority « ne peut appliquer une politique de deux poids, deux mesures ». Depuis que les règlements sur les nouveaux points d’embarcation sont entrés en vigueur en janvier dernier, le volume de travail a baissé considérablement. « Nous sommes tous bloqués à Trou-d’Eau-Douce. Nous ne pouvons même pas aller chercher les clients à Belle-Mare et Palmar, car la Tourism Authority nous demande de passer hors du lagon. Comment allons-nous faire pour prendre des clients hors du lagon ? » se demande-t-il.
Toutefois, déplorent les plaisanciers de Trou-d’Eau-Douce, certains opérateurs basés dans d’autres endroits ont, eux, eu leur permis d’opérer sur leur base. C’est la raison pour laquelle Jonathan Dardenne est entré en grève de la faim hier après-midi. Ce dernier, dont la famille opère les bateaux Vicky, est dans ce secteur depuis 25 ans. Ce résident de Trou-d’Eau-Douce s’est vu interdit d’opérer à l’Ile-aux-Cerfs, qui se trouve pourtant dans sa localité, la Tourism Authority ayant en effet décidé que son bateau n’aura pas de permis pour cette base.

Les plaisanciers de l’est n’écartent pas la possibilité de porter plainte à l’ICAC concernant cet opérateur de Grande-Rivière-Sud-Est, proche du gouvernement, qui a eu un permis pour une zone désignée “restricted area”. « On avait dit qu’il n’y aurait plus de permis ici. Comment se fait-il qu’il l’a obtenu ? L’ICAC doit enquêter à ce sujet. »

Prem Beerbul est aussi très critique envers la directrice de la Tourism Authority, Khoudijah Boodhoo. « Il y a beaucoup de skippers qui attendent le renouvellement de leur permis mais les dossiers sont bloqués à la Tourism Authority. En revanche, la directrice peut venir nous surveiller en bord de mer. Est-ce son rôle de venir prendre des photos ici ? »
Les plaisanciers des différentes régions de l’île sont solidaires de Jonathan Dardenne dans sa grève. Une action concertée n’est pas à écarter ces jours-ci. De même, des députés de l’opposition devaient rendre visite à Jonathan Dardenne aujourd’hui.