Le tirage au sort demain au MTC, à Port-Louis, dans le cadre de la distribution des étals à la Place Victoria, a donné lieu à mésentente entre les colporteurs de la capitale et les membres du nouveau conseil. Si les premiers déplorent que seuls une centaine de marchands ont été conviés à cet exercice, Aslam Hossenally, lord-maire, soutient pour sa part qu’un deuxième exercice d’appel d’offres est prévu incessamment pour les 500 espaces restants. Les colporteurs invités envisagent de bouder le tirage au sort.
Le relogement des colporteurs de la capitale figure parmi les dossiers prioritaires du nouveau conseil de Port-Louis. « Un dossier brûlant », selon le nouveau lord-maire, Aslam Hossenally. Afin de recaser les quelque 2 500 colporteurs « genuine » de la capitale, la municipalité de Port-Louis et le ministère des Infrastructures publiques se sont engagés dans un plan de relogement qui identifie deux sites, notamment les anciens bureaux de la Central Water Authority (CWA), situés à proximité de la Gare Victoria, et l’Immigration Place à la Gare du Nord. Pour le premier cas nommé, hormis quelques soucis mineurs rencontrés et quelques travaux à compléter, les nouveaux occupants pourront y prendre place bientôt. 800 étals seront disponibles pour les colporteurs de la capitale ayant complété les formulaires d’Expression of Interest et répondant aux critères exigés par la mairie.
par ailleurs, le tirage au sort prévu demain pour déterminer les nouveaux acquéreurs ne serait pas bien vue de la part des colporteurs. Conviés officiellement à cet exercice, une centaine d’entre eux crient au boycott. La raison : « Moins d’une centaine de personnes ont été appelées pour le tirage au sort alors que 500 autres sont éligibles. Quels sont critères retenus par la municipalité pour sélectionner cette poignée de marchands ? Qu’adviendra-t-il des étals restants ? », se demande Hyder Raman, président de la Street Vendors Association. Les membres de l’association pourraient être amenés à bouder la séance de tirage au sort demain, dit-il.
Par ailleurs, Aslam Hossenally reste ferme sur la question. Affichant sa détermination de résoudre le problème des colporteurs dans la capitale, le lord-maire soutient qu’environ 300 colporteurs ont été invités au tirage au sort. « Nous avons invité les colporteurs qui ont répondu positivement à l’exercice d’appel d’offres et aux critères de la mairie », explique-t-il. De plus, soutient-il, la municipalité de Port-Louis envisage de tenir un deuxième exercice d’Expression of Interest en faveur des quelque 500 étals du nouveau site. Il devrait se faire incessamment, a-t-il laissé entendre au Mauricien.
Toutefois, la SVA n’est pas d’accord avec un deuxième exercice d’Expression of Interest. Selon l’association, environ 2 500 colporteurs « Genuine » oeuvreraient dans la capitale depuis plusieurs années. Quant à ceux qui travaillent à proximité de la Gare Victoria, M. Raman indique que moins de 80 % y ont été invités. En vue de faire le point sur la question, le président de la SVA sollicite une rencontre avec les membres du nouveau conseil. « Nous voulons avoir une session de travail avec nos nouveaux représentants au sein de la mairie de Port-Louis pour leur faire part de nos aspirations et de nos souhaits pour que notre droit au travail soit respecté », explique M. Raman. Il est d’avis que seul le dialogue entre les deux parties apportera la solution à ce problème.