Le nombre d’utilisateurs de méthodes contraceptives dans les services gouvernementaux et ceux des organisations non gouvernementales a baissé de 22 % à Maurice au cours des cinq dernières années, selon les indications du Family Planning and Demographic Yearbook de 2012 du ministère de la Santé.
Les relevés du ministère de la Santé indiquent que 20,1% des femmes en âge de procréer (15-49 ans) sont des utilisatrices habituelles de contraceptifs et 2  % des femmes de ce groupe d’âge sont de nouvelles utilisatrices. Néanmoins selon les statistiques le nombre de nouveaux utilisateurs a augmenté de 1 % entre 2008 et 2012 avec une moyenne mensuelle de 517 nouveaux utilisateurs, toutes méthodes confondues, enregistrés dans les services gouvernementaux et ceux des organisations non gouvernementales, au ministère de la Santé, à la Mauritius Family Planning and Welfare Association (MFPWA) et à l’Action Familiale (AF). C’est dans les district de Moka et de Savanne que l’on enregistre le plus grand nombre d’utilisateurs de méthodes contraceptives. C’est la pilule contraceptive qui est la plus prisée avec 1894 nouvelles utilisatrices en 2012 dont 532 seulement dans les Plaines-Wilhems.
En 2012,  6 700 nouveaux utilisateurs de méthode de planning familial ont été enregistrés, toutes méthodes confondues. Toutefois le nombre d’utilisateurs courants continue à baisser depuis 2008 dans les services de planning familial gouvernementaux et ceux des ONG. En 2012, 68 825 utilisateurs étaient répertoriés contre 88 225 en 2008. L’incidence de la contraception est plus élevée à Moka (31,41 %) et dans la région de Savanne (22,88 %). Les districts ayant une incidence moins élevée d’utilisateurs de contraceptifs sont Rivière-Noire (12,44 %) et Rivière-du-Rempart (12,50 %). Le taux de recours à la contraception est de 13,13 % à Port-Louis, 14,36 % dans les Plaines-Wilhems, 15,51 % à Grand-Port, 16, 39 % à Flacq et 17,96 % à Pamplemousses.
Il existe 166 centres de planning familial gouvernementaux dans toute l’île dont 17 points de distribution dans les zones industrielles. En 2012 ces services ont offert 108 754 plaquettes de pilules contraceptives, 1 371 301 préservatifs (incluant la Aids Unit), 61 707 foaming tablets, 13 163 injections de contraceptifs dont l’effet dure trois mois et 5 920 ayant une efficacité d’un mois, 409 stérilets et 136 implants. Pendant la même période, 1 070 contraceptifs d’urgence (pilule du lendemain) ont été délivrés.
Par ailleurs, le taux de fertilité a continué à baisser dans tous les groupes d’âge depuis 1962 (excepté celui des 45-49 ans) pour atteindre en 2012 le taux le plus bas jamais enregistré à Maurice de 1,41. Ce taux est inférieur à celui de remplacement de la population qui est de 2,1 enfants par femme. Le taux de fertilité est passé néanmoins de 5,7 à 5,8 chez les femmes âgées de 40 à 44 ans.
Le plan d’action national 2009-2015 sur la santé reproductive et sexuelle vise une incidence de contraception de 50 % chez les femmes âgées entre 15 et 49 ans et une réduction de fertilité chez les adolescentes (actuellement de 28 %). Un autre objectif est d’augmenter le nombre des utilisateurs de la méthode sympto-thermale à 1 900 annuellement et la prise en charge médicale de l’infertilité.